Après le succès d’Ernest et Célestine, Benjamin Renner adapte sa propre bande dessinée pour un résultat drôle et touchant. 

Le Grand Méchant Renard n’a pas de bol. Non seulement il n’arrive pas à faire peur aux poules mais trois poussins le prennent pour leur mère. Et ce n’est pas tout, il doit échapper à la mauvaise humeur du loup qui n’est pas du genre à s’attacher aux petites bêtes et qui voudrait bien remplir son ventre. Les autres animaux de la basse-cour ne sont également pas en reste côté mésaventures puisqu’ils devront sauver Noël et s’occuper d’un bébé que la cigogne a la flemme d’aller livrer. Rien que ça.

Tout ce petit monde à poil et à plume est sur le haut de l’affiche dans le Grand Méchant Renard et autres contes, dernier film de Benjamin Renner qui adapte sa propre bande dessinée sortie en 2015. Après le césarisé Ernest et Célestine – d’après le travail de Gabrielle Vincent -, il réunit ici trois histoires courtes aussi désopilantes que touchantes aidé par son co-réalisateur Patrick Imbert. Les différents segments sont présentés par le Renard lui-même, qui s’adresse directement au public sur une scène de théâtre où le rideau rouge cache un monde animé des plus charmants.

Le film présente toute une galerie de bêtes attachantes et pas avares de vannes : le pigeon qui parle avec l’accent du Sud, le canard et le lapin qui ne ratent pas une occasion de faire des bêtises, le loup ronchon, les poules badass, etc. On vous parie déjà que vous craquerez pour le petit Michel, adorable poussin qu’on voudrait bien adopter.

Si l’illustrateur est resté très fidèle au matériau d’origine, il a retravaillé certains personnages pour leur donner plus d’importance selon les drôles de péripéties qu’ils subissent. Et qui dit film d’animation ne dit pas forcément réservé aux enfants. Les petits trouveront tout autant leur bonheur que les grands grâce à ces contes finement écrits, superbement animés et porteurs de beaux messages qui ne s’adressent pas seulement au monde animal.

En somme, un joli film déjanté à ne surtout pas manquer.