Vous vous disiez qu’il ne reviendrait jamais, que celui-ci s’était perdu dans les abysses d’un océan encore inconnu à ce jour. Bonne nouvelle les curieux(ses), c’est le retour tant attendu de notre rubrique COCY City, l’occasion pour nous de vous faire découvrir une ville via un portrait original. Artistes à suivre, spots pour sortir et bonnes adresses pour manger, 3 articles vous serons proposés afin de faire de vous un(e) connaisseur(se) de la ville dès votre arrivée.

Parce que chez COCY on privilégie les good vibes et les sourires, on s’est dit qu’on allait vous en dire plus sur la ville la plus festive d’Europe : Berlin. La capitale allemande connue pour sa culture alternative et son identité excentrique s’est imposée, au fil des années, comme la reine de la fête. Pour ce premier article, COCY vous propose sa sélection des 7 spots où sortir à Berlin.

Villa Neuköllin

Au croisement d’Hermann Strasse et de Biebricher Strasse, se trouve un bâtiment sans enseigne qui, à première vue, ne pourrait être qu’abandonné. Pourtant, il s’agit de l’une des adresses les plus réinventées de la capitale. Autrefois cinéma puis magasin de tapis ou encore épicerie de quartier, c’est en 2012 qu’un musicien de jazz décide de continuer l’aventure en transformant le petit commerce en salle de concert. En entrant, vous serez accueillis par un premier bar, histoire de ne pas prendre de décision trop sobre. Ensuite à vous de choisir : découvrez la pièce principale, une ancienne salle de projection, mais où les sièges de cinéma sont fixés au plafond… Cocasse, non ?

Un deuxième bar vous attend à coté de la scène pour ne rien rater des performances artistiques organisées chaque semaine par la structure. Sinon, vous pouvez opter pour la mystérieuse petite salle à droite de l’entrée. Attention cependant, car vous risquez de rater le reste de la visite tellement les coussins y sont confortables. La Villa Neuköllin est donc parfaite pour boire un coup, apprécier les talents d’artistes locaux ou tout simplement faire une bonne grosse sieste. Par contre on vous prévient ça ferme à 4h les dormeurs.

Ouvert les lun, mar de 16h30 à 2h30
et du mer au dim jsq 4h

Syndikat

Entre tous ces clubs techno, ces hangars et autres lieux alternatifs dédiés au vrombissement du beat, difficile de trouver les derniers pubs dans lesquels le rock’n’roll est encore roi. Rassurez vos Dr Martens et votre pote guitariste au bouc un peu trop long, le Syndikat incarne parfaitement la résistance. Ouvert 7j/7, l’établissement situé sur Weiserstrasse n’est pas connu des touristes et, sans vous mentir, ses clients réguliers tiennent à ce que cela reste ainsi. Alors préparez-vous à vous fondre dans la masse !

Au programme : parties de billard, concerts de rock ou encore rencontres avec des punks à chien, l’ambiance conviviale du Syndikat vous ferait presque oublier votre pays d’origine. Là-bas, le whisky est le maître mot accompagné ou non d’Afri-Cola. Oui AFRI-COLA, car si vous mentionnez la marque américaine, vous risquez de vous faire reconduire vers la sortie à grands coups de Rangers. Ce pub est idéal pour un apéro en bonne compagnie si vous aimez le Hard Rock à fond dans vos oreilles !

Ouvert ts les jours de 18h à 3h 

Vögelchen

Petit bar/restaurant situé sur Eisenbahnstrasse où vous pourrez déguster des tapas et autres snacks en tout genre. Aux allures de club de lecture, le Vögelchen est tenu par deux Berlinois férus d’antiquité ayant fait de cet endroit un espace cosy mais secrètement farfelu. Car oui, il est déjà possible de réserver l’établissement pour organiser vos propres soirées, mais surtout en entrant restez attentif car vous n’êtes pas au bout de vos surprises.

Au fond du bar, où siègent transistors et vieilles horloges n’indiquant pas l’heure, se trouve une commode toute aussi ancienne que la porte de Brandebourg. En ouvrant celle-ci, vous découvrirez un escalier menant au sous-sol de l’établissement. Chaque jour des représentations par les artistes locaux y sont organisées. Vous pourrez profiter de notes de musique envoûtantes ou bien même de poésie en allemand bien sûr mais libre à vous de vous lancer si l’envie vous en prend.

Artiste en herbe ou professionnel, le Vögelchen n’attend que votre talent.

Ouvert du lun au sam de 14h à 3h,
le dim de 17h à 1h

YAAM

Ce squat qui marque l’extrémité du mur de Berlin est sûrement la zone la plus libre de droit dans la capitale. Bien qu’exploité légalement par ses acteurs, on connaît le YAAM pour ses vendeurs de substances, mais pas seulement. En effet, cet espace qui ressemble à une zone abandonnée de l’extérieur se trouve être le « Little Jamaïca » berlinois une fois à l’intérieur.

Sur une étendue de sable, une dizaine de micro-commerces sont installés, tous différents les uns des autres. Allant de la vente de bijoux faits main aux cours de djembé, on a vite tendance à tout acheter vu les prix bas proposés. Une fois posé, il est possible de boire des coups au bar ou bien de déguster des plats issus de la cuisine traditionnelle jamaïcaine et africaine principalement. Personnellement, nous avons opté pour un très bon poulet banane plantain ou encore un poulet yassa, une recette sénégalaise à base de poulet, de citron et de petits oignons.

Entre amis ou en famille, cet endroit se décline en plusieurs espaces. La plage avec des transats et tables basses vous permettra de profiter de l’apéro en admirant le Spree. Pour les plus sportifs, un petit terrain de foot est à disposition si vous souhaitez affronter la sélection jamaïcaine (nous on a perdu). Le YAAM est donc un spot incontournable de la capitale en journée comme de nuit, car tous les soirs des concerts y sont organisés. Au programme : musique traditionnelle et culture urbaine entre autres styles que l’on a peu l’habitude d’écouter à Berlin.

Club der Visionaere

À vous les curieux clubbeurs en recherche de spots incongrus pour trémousser vos postérieurs, le Club der Visionaere est fait pour vous. Ce bar plage est un lieu de fête situé non pas au bord mais sur l’eau où vous pouvez, de journée comme de nuit, vous détendre sur ces planches de bois flottantes. Car même si l’ambiance en journée est conviviale et détendue, c’est le soir que le « Club der » se révèle et accueille les plus grands artistes minimale/house jusqu’à l’heure du déjeuner. Les soirées c’est bien mais les after c’est mieux !

Étant l’un des seuls clubs à proposer uniquement ce genre de musique électronique, il est coutume de recroiser souvent les mêmes fêtards ce qui favorise les amitiés nouvelles entre amoureux de bonne microhouse des familles. Évidemment, vous me direz qu’en hiver vous serez sûrement réticent à vous geler les miches en extérieur. Pas de panique ! L’organisation du club propose aux plus courageux des soirées sur leur péniche située à 100 mètres du bar : l’Hoppetosse. On y était lors de notre passage en décembre et pour tout vous dire, on s’y sent très bien. Un système son de folie, des prix plus qu’attractifs, vous serez conquis par ces deux clubs réunis en un.

Suicide Circus

C’est un fait, Berlin est connue comme LA ville underground européenne.  Contrairement au coté Ouest de la ville qui ne cesse de s’occidentaliser, le coté Est, lui, se caractérise par son architecture froide et ses bâtiments à l’abandon. Alors si vous êtes féru d’ambiance angoissante et de techno bien sombre, le Suicide Circus est un des stops inévitables de votre voyage. Le club est littéralement situé dans un squat juste à côté de la rue de la soif (parfait pour un petit « barathon« ). Entre deux, trois feux de fortunes et quelques bars mal fréquentés, le club vous ouvre ses portes et propose une programmation électro qui cavale dans ses deux salles en intérieur à la décoration insalubre.

Une fois à l’intérieur, c’est parti pour une séance d’aérobic au rythme endiablé sur le dancefloor avec autorisation de fumer à l’intérieur (cela pourra plaire à certains ou non, mais à Berlin c’est la coutume). Mais le Suicide Circus comporte aussi plusieurs fumoirs en extérieur. Vous y rencontrerez chirurgiens, banquiers ou encore étudiants sans pour autant les distinguer de part leur style peu conventionnel.

Cela résume bien la philosophie Berlinoise : « Sois toi-même et personne ne te jugera. Prends-toi au sérieux et le videur te recalera ». Entre excentricité et techno mélodique, le Suicide Circus fait parti des clubs les plus prisés par les Berlinois. Alors gare aux mecs bizarres avant d’entrer mais une fois dedans, il ne vous reste plus qu’à profiter.

Ouvert mar, jeu de 23h45 à 9h,
du ven au dim jsq 10h

Sisyphos

On a toujours rêvé d’aller faire la fête dans des festivals tous les week-ends, cette ambiance joyeuse et insouciante qui nous fait oublier tous nos problèmes pour laisser place à l’amour. Mesdames, Messieurs, bienvenue au Sisyphos. Ce club est un incontournable des soirées berlinoises où les week-ends finissent souvent le lundi après-midi. À l’entrée, oubliez vos snaps et vos story insta car le videur se charge de vos téléphones avec un petit autocollant tout mignon sur l’objectif histoire que vous profitiez réellement de votre soirée.

Une fois à l’intérieur, vous voilà plongé dans une déco-squat où les gens dansent sur des capots de tracteurs et se réchauffent autour d’un feu de camp. À coté des deux scènes house et techno aux immenses pistes de danse, plusieurs bars, restaurants et même galeries d’art participent au rêve que propose le Sisyphos. Un peu excentré, certes, mais on ne va pas se mentir, c’est mieux que d’attendre l’été pour partir en festoche