C’est dans la nouvelle agence physique, rue de Liège qu’on a rencontré Thibault Martin, associé à Théo Vassoux et Romain Bernard, le co-fondateur de Smartrenting, une start-up spécialisée dans la sous-location et qui a fait le pari de payer aux étudiants leur loyer parisien durant leur séjour à l’étranger. Discussion autour de l’aspect légal de la sous-location et de l’aventure entrepreneuriale.

Comment t’est venue l’idée de Smartrenting?

Je suis parti à Brighton pour un séjour linguistique de trois mois alors que j’habitais à Paris dans une location. J’adorais mon appartement et je ne voulais pas le rendre simplement parce que je m’absentais quelques temps. Donc j’ai regardé la règlementation en vigueur et je me suis rendu compte qu’on pouvait sous-louer son appartement s’il y avait un accord avec le propriétaire, donc je l’ai appelé et elle a accepté ! Mais n’étant pas en France, je me suis mis à chercher des agences qui pourraient gérer pour moi la sous-location de mon appartement mais aucune n’acceptait. A ce moment là, Airbnb s’est mis à exploser, donc j’ai demandé à mes amis de s’occuper de l’appartement pour moi et de le mettre sur la plateforme le temps de mon séjour. Je suis donc parti la fleur au fusil à Brighton. Mais très vite, je me suis rendu compte que ça n’était pas si simple. Je recevais des appels des gens pour savoir comment trouver l’appartement, comment faire s’ils avaient laissé les clés à l’intérieur, comment avoir internet quand la box tombait en panne etc… C’était vraiment fou et mes amis avaient autre chose à faire que s’occuper de chaque problème!  J’ai pris conscience que des milliers d’étudiants étaient dans le même cas que moi, donc ça m’a donné une idée. Monter une agence qui s’occuperait uniquement des sous-locations.

Et comment vous êtes vous rencontrés tous les trois ?

J’ai commencé à plancher sur la start-up en première année de Master, puis un an plus tard j’ai voulu tenter le concours Creaj. J’ai embarqué Romain que je connaissais depuis quelques années. On a fini troisième, donc ça nous a conforté dans notre idée et on a intégré Théo, un ami de Romain, car on avait besoin d’un profil commercial pour avancer ! En réalité, c’est vraiment une aventure entre potes.

Comment fonctionne Smartrenting ?

Nous payons les loyers de tous les étudiants ou jeunes actifs qui sont amenés à quitter leur logement parisien pour un moment. On négocie avec le propriétaire pour avoir l’autorisation de sous-location et on paye l’intégralité du loyer, sans commission. Et notre rôle est de nous occuper de la gestion de l’appartement et de la sous-location de ce dernier pendant toute la durée du séjour de nos clients. De la réservation au ménage en passant par le check-in et check-out.

Sur quoi gagnez-vous de l’argent du coup ?

On se rémunère sur la sous-location de l’appartement. On reloue l’appartement sur des courts termes et on s’occupe de toute la sous-location, comme une agence. En réalité, le locataire sait que son loyer est payé et ne s’occupe plus de rien. À nous derrière de trouver des sous-locataires et de s’en occuper pour pouvoir rembourser le loyer et se faire notre marge. Mais dans tous les cas, même si nous n’avons pas trouvé de sous-locataires nous payons le loyer, c’est un risque qu’on prend !

Pourquoi entend-t-on si souvent que la sous-location est interdite ?

C’est un discours qu’on entend régulièrement, c’est vrai. La sous-location n’est pas interdite elle est simplement régie par deux règles : le locataire ne peut pas sous-louer plus cher qu’il ne loue son appartement et il doit avoir l’autorisation de son propriétaire pour cela. Si ces deux règles sont respectées, tout le monde peut alors sous-louer son appartement, ce qui parait logique !

Comment faites-vous votre marge si on ne peut le sous-louer plus cher ?

C’est très simple, nous faisons payer aux sous-locataires des prestations de service. Nous sommes une agence qui propose de nombreux services 24/24h, que ce soit le ménage, l’assistance téléphonique ou un service de taxi en collaboration avec LeCab, qui devrait arriver prochainement. Donc on ne sous-loue pas plus cher au mois l’appartement, comme la loi le stipule, nous faisons notre marge sur tout l’accompagnement que nous proposons en plus aux voyageurs via l’agence ! C’est un vrai travail à temps plein tous ces services, donc il est normal qu’on se rémunère dessus. Les touristes, ou sous-loueurs peuvent faire appel à nous pour organiser des activités touristiques ou pour toutes autres informations ou besoins. On essaye de développer à fond ces services additionnels, pour non seulement offrir un vrai accompagnement à nos clients et voyageurs mais également élargir notre marge.

As-tu toujours eu envie de te tourner vers l’entrepreneuriat ou bien cela s’est imposé à toi ?

J’ai des parents qui ont eu des postes à responsabilité donc j’ai toujours baigné dans les discussions business ce que j’aimais beaucoup. Mais je ne sais pas si seul j’aurais eu le courage de me lancer. C’est le fait d’être entouré de mes amis dans l’aventure qui m’a donné envie de monter cette boite. On va plus loin à plusieurs et c’est clairement plus facile ! Monter sa start-up, c’est faire des montagnes russes avec ses émotions, donc en groupe cela permet de réguler son esprit, de partager ses doutes pour pouvoir avancer.

Et aujourd’hui que vous vous êtes lancés, quels avantages vois-tu à monter sa propre boite ?

Le fait de pouvoir essayer et faire sans avoir à passer par le processus hiérarchique. On se réunit à trois et on y va ! On a une liberté d’exécution qui est incroyable ce qui est un véritable avantage pour une start-up.

Et en termes d’erreur, tu as des conseils à donner pour alerter les autres entrepreneurs ?

Faire attention à l’administration parce qu’une fois que tout est mis en place… C’est compliqué de tout modifier ! Dans notre cas, on n’avait pas beaucoup d’argent au début mais si certains en ont un peu : faites vous accompagner par un avocat ou un expert comptable pour vos démarches ! Ça évite les problèmes aussi idiots que des formulations de phrases dans les statuts. Ne perdez pas non plus votre temps avec les prêts bancaires lorsque vous n’avez pas encore de chiffre d’affaires ! Faites ces démarches plus tard car peu de banques vous prêteront sans garanties préalables ! Finalement, la chose à éviter à tout prix  c’est de perdre du temps.


 Sous-louer votre appartement gratuitement en vous rendant sur Smartrenting

http://smart-renting.com/