Matrix Resurrections sort dans les salles ce mercredi 21 décembre 2022.

Voilà maintenant presque 20 ans que les soeurs Wachowski ont terminé l’une des sagas cinématographiques les plus cultes de la fin du XXème siècle. Terminée ? Pas totalement. Avec un quatrième volet surprise, Warner a décidé de faire renaitre ses héros cultes pour un nouveau round, intitulé Matrix Resurrections. Une suite aux nombreux défauts mais qui offre un spectacle nostalgique efficace qui ne lésine pas sur le fan service. Sans réinventer la saga, Lara Wachowski, cette fois seule aux commandes, nous propose un film romantique aux propositions malines.

Voici 3 bonnes raisons d’aller voir le film au cinéma.

Un film qui ne se prend pas pour ce qu’il n’est pas

C’est l’une des grandes qualités de ce quatrième opus. En plaçant de nombreuses références aux premiers films jusqu’à les intégrer au scénario même de la matrice à travers un jeu vidéo, le long-métrage assume pleinement son rôle de sequel.

Relancé par les studios à la recherche du bon filon financier, Matrix Resurrections assume tout sans lésiner sur la critique d’Hollywood. Conscient d’être une énième suite à une saga pourtant terminée il y a presque deux décennies, le film de Lana Wachowski nous propose une aventure musclée qui porte une regard intéressant et réaliste sur ce qu’elle est vraiment. À tel point qu’on serait presque tenté de dire que ce Matrix Resurrections est avant tout l’histoire de sa réalisatrice, en proie au doute face à une demande de production à laquelle elle n’est pas sûre de croire encore.

La romance au coeur de l’intrigue

Si les enjeux de fin du monde était au coeur des deux derniers épisodes de Matrix, ce nouveau long-métrage propose une histoire plus humaine et intime. En effet, la réalisatrice a choisi délibérément de mettre au centre de son intrigue la relation fusionnelle entre Neo et Trinity : et cela fonctionne. On retrouve à l’écran la complicité si particulière entre Keanu Reeves et Carrie-Anne Moss (qu’on regrette clairement de ne pas voir plus régulièrement au cinéma). Les deux êtres, irrésistiblement attirés l’un par l’autre, feront une nouvelle fois face à un choix crucial : celui de la fiction ou de la réalité. Mais est-ce réellement un choix ?

Si l’on retrouve les thèmes de prédilection des précédents films (le rapport humain-machine, le contrôle, l’identité…), Lana Wachowski fait ici le pari audacieux de les centraliser autour d’un seul et unique thème : l’amour. Un parti pris touchant qui se mêle parfaitement à la nostalgie de revoir à l’écran ce couple si emblématique.

La scène finale

Ce nouveau Matrix ne possède pas la même grâce que les anciens lorsqu’il s’agit des chorégraphies de combat. Caméra à l’épaule, les scènes s’en retrouvent parfois un peu confuses même si elles s’amusent à jouer avec le fan service (marcher sur les murs en tirant : on ne dit jamais non). Cependant, la majorité des spectateurs apprécieront sans aucun doute les 30 dernières minutes du film tant les plans et l’action proposent ce que Matrix fait de mieux : du spectacle technique saisissant. Dans une course poursuite effrénée en moto, Lana Wachowski se la joue World War Z pour notre plus grand plaisir !

On n’en dit pas plus pour ne pas vous spoiler.

En bref, sans être le chef d’oeuvre attendu, Matrix Ressurections n’en reste pas moins un long-métrage efficace et aux multiples défauts et qualités. Bien que moins grandiose que ses prédécesseurs, le film propose une partition touchante et un regard critique quant à sa propre conception. Inégal mais atypique !

Découvrir les séances