Le dernier James Bond de l’ère Daniel Craig, Mourir peut attendre, sort dans les salles le 6 octobre prochain. On vous donne 3 bonnes raisons de ne pas le louper.

Dire qu’il était attendu serait un euphémisme. Repoussé 3 fois en raison de la pandémie, Mourir peut attendre arrive enfin dans les salles obscures le 6 octobre. Dernier volet de l’ère Daniel Craig, entamée avec Casino Royale en 2006, cet opus réalisé par Cary Joji Fukunaga avait pas mal de promesses à tenir. Malgré des défauts certains (des longueurs et un méchant peu mémorable entre autres), on a retenu 3 bonnes raisons d’aller le voir.

1) Parce que Phoebe Waller-Bridge a participé à l’écriture du scénario

James Bond n’est pas réputé pour être le héros le plus féministe du cinéma… On se souvient encore du traitement très douteux du personnage de Monica Bellucci dans Spectre par exemple. Dans Mourir peut attendre, il y a du changement dans l’air grâce à Phoebe Waller-Bridge (formidable créatrice de Fleabag), invitée par Daniel Craig lui-même à remanier le scénario. Et ça se voit. On retrouve l’humour de la scénariste anglaise dans quelques répliques bien senties et surtout dans une séquence entière avec le personnage de Paloma (interprétée par Ana de Armas). Alors qu’on aurait pu croire que l’actrice allait incarner une énième James Bond Girl sans profondeur, ici c’est tout le contraire. L’héroïne ne flirte pas avec James Bond, elle est là pour ses talents d’espionne et il n’y a pas de doute, elle est sacrément badass. Seul bémol : on ne la voit pas assez.

2) Parce que le film fait la part belle à l’émotion

Cela risquera sûrement de déplaire aux aficionados de James Bond, mais Mourir peut attendre mise sur un ton plus mélancolique que les précédentes aventures de l’agent 007. Il y a toujours de l’action, rassurez-vous, mais c’est surtout l’introspection du personnage qui nous intéresse ici. Les démons de son passé n’en ont pas fini avec lui, comme le montre tout de suite la première séquence impressionnante dans les rues de l’Italie et le générique sur le sublime morceau de Billie Eilish, No Time to Die. La nostalgie se poursuit jusqu’à la fin avec une référence au thème musical d’Au service secret de sa majesté, sorti en 1969, et qui mettait en scène George Lazenby dans la peau de l’espion.

James Bond se révèle donc plus vulnérable que jamais, surtout lorsque Madeleine Swann (Léa Seydoux) est dans les parages. On pourra reprocher à cette idylle de sembler un peu forcée dans l’écriture mais elle réussit malgré tout à nous toucher. Rien à dire également sur la performance de Daniel Craig qui fait ses adieux au personnage avec pas mal de brio. Pour preuve, l’acteur a bien donné de sa personne sur le tournage puisqu’il s’est cassé une jambe, a perdu une dent et s’est coupé une partie du doigt. On peut dire qu’il s’est impliqué jusqu’au bout.

3) Parce que Lashana Lynch incarne une nouvelle 007

Comme on l’a vu plus haut, ce nouvel opus est plus moderne et plus ouvert en ce qui concerne les personnages féminins. C’est le cas avec Paloma mais aussi avec celle qui devient 007 lorsque James Bond déserte en Jamaïque. Interprétée par Lashana Lynch (vue dans Captain Marvel), Nomi, la nouvelle recrue du MI6, hérite pendant un temps du célèbre matricule de l’espion. C’est une première dans l’histoire de la franchise et c’est aussi l’occasion parfaite de la renouveler un peu. Lashana a d’ailleurs travaillé très étroitement avec Phoebe Waller-Bridge pour que son personnage ne soit pas rempli de clichés.

L’actrice a aussi tenu a effectué ses cascades elle-même et s’est engagée à 100% dans son rôle. On se souvient malheureusement des attaques qu’elle a reçues quand le casting a été annoncé. Raison de plus pour aller voir le film : faire taire tous ses détracteurs et célébrer une diversité que l’on espérait depuis bien longtemps. « Je suis une femme noire – si c’était une autre femme noire qui avait le rôle, la conversation aurait été la même, elle aurait subi les mêmes attaques, les mêmes abus. Je dois juste me rappeler que la discussion a lieu et que je fais partie de quelque chose qui sera très, très révolutionnaire« , a expliqué l’actrice au Harper’s Bazaar. On espère évidemment la revoir dans les autres épisodes de la franchise parce que Nomi n’a clairement pas dit son dernier mot.


Voir les séances pour Mourir peut attendre
Découvrez plus de critiques sur COCY