Les deux saisons de Dead to Me sont disponibles sur Netflix.

Si vous n’avez pas encore entendu parler de Dead to Me, on s’est dit qu’il était temps de remédier à ça. La série créée par Liz Feldman a débarqué l’année dernière sur Netflix et s’est révélée être une excellente surprise. Sa saison 2, disponible depuis le 8 mai dernier, est encore plus réussie et addictive que la précédente alors voici 3 bonnes raisons de vous y mettre.

Une dramédie convaincante

Le pitch de départ de Dead to Me est assez simple : Jen Harding vient de perdre son mari, fauché par une voiture, lorsqu’elle fait la connaissance de Judy Hale dans un groupe de soutien. Malgré leur caractère complètement différent, les deux femmes se lient vite d’amitié. Pourtant, Judy cache un secret qui pourrait bien faire tout voler en éclats. Sous ces airs de drame, la série est d’abord une comédie très noire qui a trouvé le parfait équilibre entre rire et larmes. Si la saison 1 contient des moments aussi hilarants qu’émouvants, la saison 2 développe davantage la psychologie des personnages et joue encore plus à fond la carte de la dramédie. Un excellent moyen de s’attacher aux protagonistes et de devenir addict à leurs aventures mouvementées.

Le duo Jen/Judy

Dead to Me est d’abord une réussite grâce à son formidable duo principal. Jen et Judy, respectivement interprétées par Christina Applegate et Linda Cardellini, ont une relation amicale d’une intensité rare, toujours crédible et souvent bouleversante. Leur complicité fait mouche à tous les coups, grâce aux punchlines assassines de Jen ou à l’éternelle gentillesse de Judy. Les actrices donnent le meilleur d’elles-mêmes en livrant des performances au-delà de l’excellence. Impressionnantes de justesse, elles sont accompagnés par un casting ultra convaincant qui compte James Mardsen, Natalie Morales, Diana Maria Riva ou encore Sam McCarthy et Luke Roessler qui incarnent les enfants de Jen.

Dead to Me © Netflix

Toujours plus de twists

S’il y a bien une chose qui caractérise la série, c’est son abondance de twists parfois bien improbables. Mais peu importe si leur crédibilité n’est pas toujours assurée, Liz Feldman nous tient en haleine avec des rebondissements jouissifs qui ont le mérite d’être véritablement inattendus. Alors que la saison 1 reposait sur un mensonge principal, la seconde est une suite continue de révélations, de dissimulations et autres chemins tortueux pour s’arranger avec la vérité. On y croit et on en redemande puisque le cliffhanger de la saison 2 ne peut clairement pas se passer d’une suite.