Mrs. America évoque la genèse du féminisme américain en explorant la figure d’une militante conservatrice interprétée par Cate Blanchett.

On est aux États-Unis dans les années 1970. Phyllis Schlafly est une militante conservatrice, homophobe et anti-avortement qui se bat pour empêcher la ratification de l’ERA (Equal Rights Amendment). Face à elle, le mouvement féministe s’organise avec à sa tête Gloria Steinem, Bella Abzug ou encore Shirley Chisholm. Les deux camps s’affrontent et doivent gérer leurs nombreux dysfonctionnements internes.

Mrs. America prend le parti de raconter le féminisme du point de vue de ses adversaires. La série, créée par Dahvi Waller et diffusée sur Hulu, fait un focus sur l’une des plus farouches opposantes à l’ERA tout en évoquant les débuts du mouvement féministe américain en se concentrant sur ses figures de proue. C’est l’occasion de découvrir notamment le parcours de Shirley Chisholm, première femme noire à se présenter à l’élection présidentielle américaine en 1972 et de mieux comprendre les obstacles qui se sont dressés devant elle.

La série a bien compris que les mieux placées pour parler de féminisme étaient les principales concernées, donc les femmes. Ici, c’est le combat de ces héroïnes modernes qui importe, tandis que les hommes sont placés au second plan. Le personnage de Phyllis montre une réalité qui est loin d’être de l’histoire ancienne, puisqu’à l’heure où on écrit, l’ERA n’a toujours pas été ratifié dans tous les états américains.

Phyllis incarne toutes les contradictions de la société américaine et sa sacralisation d’une idée familiale dépassée. Elle est aussi celle qui va faire ressortir les conflits internes qui opposent Gloria Steinem à Bella Abzug ou Betty Friedan. La politique devient une porte d’entrée dans l’intime de ces femmes que la vie n’a pas épargné et qui veulent reprendre le contrôle de leur corps et de leur liberté. Mais aussi dans l’intime de celles qui imposent leur vision archaïque et discriminatoire pour assoir le pouvoir de la femme au foyer. Passionnant et révoltant.

Mrs. America bénéficie d’un casting 5 étoiles qui fait merveilleusement le job. Cate Blanchett est redoutable dans le rôle de Phyllis Schlafly tout comme Sarah Paulson qui l’accompagne dans son combat en interprétant Alice. On ne pouvait rêver mieux que Rose Byrne, actrice injustement sous-estimée, pour se mettre dans la peau de Gloria Steinem ou Uzo Aduba pour nous émouvoir en Shirley Chisholm.

Les 3 premiers épisodes de Mrs. America sont disponibles sur Canal+ et on vous conseille de les rattraper sans plus tarder.