Unorthodox est disponible sur Netflix depuis le 26 mars dernier.

Puisque la période est propice au binge-watching, c’est le moment parfait pour vous parler d’Unorthodox, la mini-série d’Anna Winger qui nous a totalement bluffés. Très librement adapté de l’autobiographie de Deborah Feldman, Unorthodox: The Scandalous Rejection of My Hasidic Roots, le show a débarqué sur Netflix le 26 mars dernier et on vous explique pourquoi ce serait bien dommage de le manquer.

Esty vit dans une communauté ultra-orthodoxe de Williamsburg aux États-Unis. Un jour, elle décide de s’échapper et de retrouver sa liberté à Berlin, où vit sa mère. Lorsqu’elle arrive dans la capitale allemande, elle doit s’adapter à une culture qui lui est inconnue. Pendant ce temps, son mari part à sa recherche.

Avec ses 4 épisodes de 50 minutes, Unorthodox tient en haleine du début à la fin. L’histoire d’Esty est à la fois celle d’une émancipation et d’un regard sur un monde enfermé sur lui-même. En présentant la communauté hassidique de Brooklyn, la série ne juge jamais ceux qui en font partie mais dresse simplement leur portrait, entre tradition d’un autre âge et impossible modernité. Après leur mariage forcé, les femmes doivent par exemple se raser la tête et porter une perruque pour éviter de séduire les autres hommes. Leur but est ensuite d’agrandir la communauté en faisant le plus d’enfants possible.

Lorsque Esty s’échappe, le choc de culture est forcément immense. La série se sert de flashbacks pour montrer l’ancienne vie de la jeune femme de 19 ans. Plusieurs personnages sont mis en lumière, son mari, sa grand-mère, sa mère, sa tante ou son père alcoolique. L’humanisation de ces membres de la famille nous aident à comprendre à la fois les difficultés d’Esty à s’enfuir et ce qui la pousse à rêver d’un avenir meilleur.

Si la série a retenu toute notre attention, c’est aussi grâce à la performance phénoménale de Shira Haas, une actrice passée jusque-là sous nos radars mais dont le talent crève l’écran. Son visage, si expressif, passe par toutes les émotions et les transmet très facilement aux téléspectateurs. À mesure qu’elle s’adapte à Berlin et à son nouveau groupe d’amis, la jeune femme commence à trouver sa propre voix qu’elle n’hésite plus à faire entendre notamment dans cette magnifique scène où elle auditionne pour le conservatoire de musique.

Vous l’aurez compris, Unorthodox est une très belle réussite à ne pas manquer.