Le nouveau film de Greta Gerwig sortira sur les écrans le 1er janvier 2020. 

Après avoir réussi son premier passage derrière la caméra avec Lady Bird, Greta Gerwig est de retour avec une adaptation des Quatre Filles du Docteur March. Ce célèbre roman de Louisa May Alcott a été maintes fois porté à l’écran que ce soit au cinéma ou à la télévision. Le défi était donc de taille pour la réalisatrice qui le relève pourtant haut la main grâce à un casting au top de sa forme et une mise en scène qui la place comme l’une des cinéastes les plus talentueuses de sa génération

Si vous ne connaissez pas l’histoire des sœurs March, voici un petit résumé de l’intrigue. Nous sommes dans les années 1860. Meg, Joséphine (alias Jo), Amy et Beth vivent avec leur mère Marmee tandis que leur père est allé se battre sur le front de la Guerre de Sécession. Les jeunes filles sont pauvres mais essayent, toutes à leur manière, d’être heureuses. De son côté, Laurie tombe amoureux de Jo et commence à se faire une place dans la famille. 

Les Filles du Docteur March n’est pas une énième redite ennuyeuse et plate du classique d’Alcott. Greta Gerwig y apporte sa touche de modernité avec sa mise en scène dynamique et son choix d’alterner flashbacks et moment présent. Contrairement au livre, elle casse la linéarité de l’intrigue en transformant les souvenirs des sœurs March en source d’inspiration pour les fictions de Jo. Ces souvenirs deviennent alors chargés d’une puissance créatrice et d’une nostalgie qui nous placent au plus près des personnages.

Greta Gerwig a l’intelligence de mélanger les styles passant de la franche comédie au drame, en n’oubliant pas le récit d’apprentissage qui l’amène a une réflexion sur la manière dont on peut raconter sa propre histoire. Jo semble être ici un alter ego tout trouvé avec sa personnalité vive, rebelle et son refus d’épouser les carcans de la société de l’époque. C’est toujours elle qui mène la danse et veille sur celles qu’elle aime. On n’aurait pu imaginer meilleure interprète que Saoirse Ronan – l’héroïne de Lady Bird – qui donne au personnage toute sa vitalité, son charme et son entêtement. Elle crève l’écran tout comme les géniales Florence Pugh et Eliza Scanlen (qui nous avait déjà bluffés dans Sharp Objects). Emma Watson se fait plus discrète mais reste néanmoins très convaincante et Timothée Chalamet est excellent en jeune homme fougueux éconduit par l’amour de sa vie.

Laura Dern et Meryl Streep complètent cette distribution 5 étoiles. La première incarne avec douceur Marmee tandis que la seconde a l’air de se faire très plaisir dans le rôle de l’exécrable tante March. Tout ce beau monde réuni donne à cette fresque familiale une énergie folle, une dose de féminisme bienvenue et une émotion désarmante. Greta Gerwig a donc su capturer ce qui faisait la singularité du roman d’Alcott tout en lui donnant un nouveau souffle et en imposant un style cinématographique qui confirme son talent de grande réalisatrice.

Rendez-vous dans les salles le 1er janvier pour voir Les Filles du Docteur March. On vous promet que c’est un bon moyen de commencer l’année.