Si depuis 2014, la proportion de voies parisiennes portant le nom d’une femme célèbre a doublé, celle-ci n’atteint en 2019 qu’environ 12% de la totalité des rues de la capitale. Un faible score on vous l’accorde. Pourtant, l’air est à la féminisation.

En effet, afin d’appuyer cette volonté de replacer les femmes importantes de notre patrimoine au centre de nos axes de circulation, la Ville de Paris a décidé d’apposer le prénom sur chacune des rues portant déjà un nom de femme.

Ainsi depuis le 21 novembre et jusqu’à la fin décembre, la municipalité va installer une dizaine de plaques sur lesquelles les prénoms de figures féminines françaises seront indiqués. Ainsi la rue Récamier est devenue depuis ce mois de novembre la rue Juliette Récamier (7e), la rue de la Tour d’Auvergne (9e) va très bientôt devenir la rue Louise-Emilie de la Tour d’Auvergne et la rue Furtado-Heine (14e) sera rebaptisée la rue Cécile Furtado-Heine.

Et d’autres devraient suivre avec notamment le boulevard Rochechouart (9e), qui deviendra prochainement le boulevard Marguerite de Rochechouart (1665-1727), une religieuse qui dirigea l’abbaye de Montmartre au début du XVIIIe siècle.

On ne peut que se réjouir de cette nouvelle et de voir enfin nos rues rendre hommage à ses femmes qui ont marqué notre histoire.