À la croisée des Mondes est une série anglaise dont les trois premiers épisodes sont disponibles sur OCS en France, sur BBC One en Angleterre et sur HBO aux Etats-Unis.

Les attentes étaient nombreuses du côté des spectateurs. La fin de Games of Thrones en mai dernier, en plus d’avoir divisé les fans, avait laissé la chaîne HBO sans véritable série phare dans son catalogue. Pourtant, l’arrivée de géants américains (Apple, Disney) dans la course au streaming et aux contenus originaux avait de quoi faire trembler les chaînes de télévision du monde entier.

Mais il en faut plus pour impressionner HBO qui revient en cette fin d’année avec non pas une mais deux séries importantes et qui ont très vite rencontré l’adhésion de la presse et du public. Si la première, Watchmen peut sembler difficilement compréhensible pour celles et ceux qui ne sont pas familier avec l’univers super héroïque, la seconde quant à elle, bien que co-produite, répare les erreurs du passé pour nous livrer une excellente adaptation d’ À la croisée des mondes de Philip Pullman. C’est d’ailleurs sur cette dernière que nous nous arrêterons aujourd’hui.

Courageuse et futée, Lyra se retrouve embarquée dans une folle aventure dans les contrées du Nord, à la recherche de son meilleur ami disparu. Pourquoi cette jeune fille orpheline, élevée dans l’atmosphère austère et confinée du prestigieux Jordan College, fait-elle l’objet de tant d’attentions ? Serait-elle investie d’une mystérieuse mission ? Sur les traces de ravisseurs d’enfants aux motivations obscures, Lyra va faire d’étonnantes rencontres et surmonter de multiples dangers…

Avec ses trois premiers épisodes d’ores et déjà disponibles sur OCS, À la croisée des mondes ne cesse de séduire un public toujours plus nombreux. On vous donne donc 3 bonnes raisons de regarder la série.

Elle vous fera oublier le film « À la croisée des mondes » de 2007

Le long-métrage de Chris Weitz n’avait pas vraiment emporté les foules à l’époque. Laissant de côté l’aspect anticlérical présent dans les romans, s’adressant particulièrement aux enfants et faisant l’impasse sur des éléments essentiels de l’histoire, le film de 2007 n’avait jamais eu le droit à une suite. À juste titre.

C’est donc avec bonheur qu’on constate que le format sériel est ici un bien meilleur outil afin d’adapter comme il se doit l’oeuvre complexe de Philip Pullman. Plus politique, plus sombre, la série s’adresse définitivement à une audience plus adulte que le long-métrage et s’en retrouve alors plus fidèle aux livres.

Une esthétique irréprochable

Des daemons aux paysages extérieurs chaleureux ou intérieurs glacials, les trois premiers épisodes nous démontrent l’attention portée sur l’esthétisme de la série. Les petites boules de poils qui protègent les héros sont alors aussi mignonnes que les grandes qui accompagnent les bad guys sont menaçantes et les immenses dirigeables du Magisterium finissent clairement par nous donner le vertige. En bref, une image qui n’a rien à envier aux grandes productions cinématographiques.

©BBC

Des personnages complexes servis par un excellent casting

La jeune Lyra, l’énigmatique Lord Asriel, l’inquiétante Marisa Coulter, tous les personnages possèdent ici une profondeur plus que bienvenue et cachent une part d’ombre ou de lumière intelligemment suggérée. Grâce à un casting plus que convaincant, Dafne Keen en tête (Logan), on s’attache alors aussi bien à l’histoire qu’à ses protagonistes et leur âme en forme d’animaux.


À la croisée des mondes est actuellement diffusée sur OCS