Le nouveau long-métrage de Ken Loach sort dans les salles le 23 octobre prochain.

Présenté en compétition officielle lors du dernier Festival de Cannes, Sorry We Missed You marque le retour de Ken Loach, trois ans après avoir remporté la Palme d’Or avec Moi, Daniel Blake. Le cinéaste infatigable continue son panorama des luttes sociales en proposant un film fort et subtil qui marque indéniablement les esprits. Ricky devient chauffeur-livreur à son compte tandis que sa femme Abby s’occupe de personnes en difficulté. Les deux époux espèrent pouvoir enfin acheter leur maison et rêvent d’un avenir meilleur pour eux et les deux enfants Seb et Lisa Jane.

Ken Loach s’attaque frontalement à l’ubérisation de notre société et cette fausse liberté que l’on nous fait miroiter en nous incitant à devenir nos propres patrons. Le film s’ouvre d’ailleurs sur un échange révélateur entre Ricky et son futur « boss », qui utilise une rhétorique savamment construite et parfaite pour embrouiller les esprits : « Vous ne travaillez pas pour nous, vous nous offrez vos services. Vous n’avez pas de salaire mais des honoraires », et ainsi de suite. Le ton est donné et le piège peut plus facilement se refermer.

Sans tomber dans le pathos facile, Ken Loach fait le portrait d’une famille comme il en existe beaucoup à Newcastle et ailleurs. Ricky enchaîne les boulots mal payés, Abby doit faire un trajet interminable en bus pour aller travailler, Lisa Jane est tout le temps seule à la maison et Seb fait le mur. Les 4 membres de cette famille essayent tant bien que mal de jongler avec les difficultés et les dettes et ne peuvent s’offrir que de très rares moments d’insouciance.

Pour Ricky et Abby, il n’est pas question de faire la grève ou de se révolter. Ce qu’il faut, c’est survivre. C’est là que l’intelligence du scénario de Paul Laverty se déploie, tout en subtilité. Les situations désastreuses s’enchaînent et rien ne vient les contrebalancer. Pourtant, personne ne s’apitoie sur son sort et tout le monde encaisse jusqu’au final bouleversant où l’écho des scènes précédentes se fait trop fort. Les larmes sont invitées à couler.

Cette force et cette émotion qui se dégagent du film ne seraient pas grand-chose sans l’interprétation bluffante et désarmante de naturel du quatuor Kris Hitchen, Debbie Honeywood, Rhys Stone et Katie Proctor. Sorry We Missed You est donc une véritable réussite que l’on vous invite à découvrir dans les salles dès sa sortie le 23 octobre prochain.


Découvrez Sorry We Missed You