Des prix toujours plus compétitifs, des soldes toujours plus avantageuses, le Black Friday qui s’invite désormais dans l’hexagone… Changer ses appareils électroniques lorsque ces derniers tombent en panne est devenu une évidence pour beaucoup de foyers français.

En effet, pourquoi s’embêter à chercher d’où vient le problème lorsqu’on peut simplement se faire livrer une toute nouvelle machine flambant neuve. Pourtant, à chaque remplacement, vos anciens appareils deviennent des déchets électroniques et électriques alors qu’ils ne sont pas nécessairement en fin de vie.

C’est pour lutter contre cette pollution que de nouvelles entreprises de réparation ont vu le jour. C’est notamment le cas de Satisfix, une jeune entreprise lyonnaise créée il y a maintenant quelques mois. « Notre objectif est d’inciter la population à réparer plutôt qu’à remplacer afin de lutter contre la pollution générée par les déchets électroniques et électriques dans le but de préserver notre planète ! » nous explique l’un de ses fondateurs Dorian Berthier.

L’entreprise propose ainsi de se déplacer à domicile pour effectuer la réparation de vos appareils afin de réduire à leur échelle le nombre d’électroménagers jetés chaque année en Europe (dizaine de milliers de tonnes). Bonne nouvelle, si la réparation n’est réellement pas possible : vous ne payez strictement rien, même pas le déplacement du réparateur. Conscient que pour inciter la population à réparer plutôt qu’à racheter il est nécessaire d’être transparent, Satisfix détaille à chaque fois le coût réel de ces devis, de la publicité aux charges en passant par les bénéfices réalisés sur la transaction.

À l’heure où les enjeux écologiques sont extrêmement élevés, il est donc important d’agir à son échelle pour réduire notre impact sur la planète. Les méthodes de consommation doivent donc évoluer vers une plus grande raisonnabilité et la population, revenir vers des habitudes plus responsables. Réparer semble donc un premier pas dans ce sens.