Le film sort dans les salles le 26 juin prochain. 

Un frigo qui fait du rap, un concours d’Eurovision avec des appareils électroménagers ou encore une battle entre humain et intelligence artificielle… voilà ce qui vous attends dans Yves, la nouvelle comédie déjantée de Benoît Forgeard. Présenté à la Quinzaine des réalisateurs au dernier Festival de Cannes, le film est un beau condensé d’humour barré sur fond de romance étrangement touchante.

C’est à une conférence sur les robots en 2012 que le réalisateur de Gaz de France a l’idée de réaliser un film sur une intelligence artificielle. Yves n’est donc pas un frigo comme les autres. C’est un fribot. Il parle à son utilisateur, anticipe ses besoins, lui fait ses courses et… se met à la musique. C’est lui qui aide Jérem à composer les morceaux qui le rendront célèbres. Le résultat est une bande son assez catchy – le titre « Carrément rien à branler » est sans aucun doute un futur hit – que l’on doit à MiM pour la musique et Tortoz pour les textes.

Pour le reste, Benoit Forgeard n’hésite pas à aller loin dans l’exagération et se prend à imaginer un monde où l’intelligence artificielle envahit notre quotidien. Mais pour une fois, cette technologie ne fait pas peur et n’a jamais été aussi drôle. Dans cet univers hors du temps, une romance s’installe même entre So et Jérem et le film se mue en une sorte de comédie romantique inclassable qui n’est pas sans charme.

Au casting, Benoit Forgeard retrouve Philippe Katerine et dirige pour la première fois William Lebghil et Doria Tellier qui font le job avec beaucoup de conviction. On vous laisse donc en compagnie d’Yves et de son crew dès le 26 juin prochain au cinéma.