Christophe Honoré nous offre notre premier gros coup de cœur du Festival de Cannes avec Chambre 212.

Après avoir présenté Plaire, aimer et courir vite en compétition l’année dernière, Christophe Honoré revient sur la Croisette avec Chambre 212, dans la sélection Un Certain Regard. Maria se dispute avec son mari Richard. Elle s’installe alors dans l’hôtel en face de leur immeuble. Le temps d’une nuit, le passé refait surface à la manière d’un théâtre où les personnages virevoltent autour des vestiges de leurs amours. Une excellente réussite drôle et mélancolique menée par une Chiara Mastroianni au top de sa forme.

Chambre 212
© Jean-Louis Fernandez

Cette chambre 212 est donc le décor des amours perdus, des souvenirs doux-amers et de la remise en question. Grâce à des dialogues magnifiques et d’une justesse folle, Christophe Honoré réussit à associer une belle légèreté au vague à l’âme qui se propage petit à petit à l’écran. Le réalisateur fait de la vie de ce couple un conte où les flocons de neige tombent sur les trottoirs qui les séparent, où la volonté de Maria se transforme en sosie hilarant de Charles Aznavour et où l’amour se vit à plusieurs.

Sublimée par une BO parfaite, la mise en scène de Christophe Honoré est toujours plus inspirée. Sa caméra prend de la hauteur, tournoie et sonde les sentiments de ses personnages dans ce qui aurait très bien pu être une comédie musicale. C’est un sans faute également pour le casting. Chiara Mastroianni retrouve Christophe Honoré pour la 6e fois de sa carrière et le duo semble se comprendre mieux que jamais. L’actrice est éclatante tout comme ses co-stars Vincent Lacoste et Camille Cottin (mention spéciale à la scène où l’actrice interprète « Could It Be Magic » au piano).

Il faudra attendre le 30 octobre prochain pour découvrir Chambre 212 dans les salles. En attendant, on espère bien que le jury d’Un Certain Regard ne l’oubliera pas dans son palmarès.