Disponible sur Netflix depuis le 26 avril 2019.

Il arrive parfois qu’une série que nous n’attendions pas, nous surprenne. C’est le cas de Bonding, une toute nouvelle création de sept épisodes diffusée sur Netflix depuis le vendredi 26 avril et qui nous plonge dans le milieu BDSM new-yorkais, non sans humour.

Dès les premières secondes, on découvre Pete, un jeune homosexuel introverti qui devient l’assistant de sa meilleure amie Tiff, étudiante le jour et maîtresse dominatrice le soir venu. Commence alors un enchainement de situations loufoques, drôles et souvent attachantes qui dévoilent un monde fait d’envies, de pratiques sexuelles originales et de recherches d’identité.

La série créée par Rightor Doyle, bien que libérée, n’a pas pour but premier de choquer mais bien d’utiliser le bonding comme un levier pour évoquer les relations sentimentales et personnelles de tous ses personnages, qu’elle se garde toujours de juger. Du coloc’ décomplexé, à la mère de famille aux pulsions violentes (D’Arcy Carden, géniale Janet de The Good Place), les épisodes dressent le portrait d’hommes et de femmes qui partent à la découverte de leur propre plaisir.

Très facile à regarder (une vingtaine de minutes par épisode), Bonding est une petite surprise acidulée qui, à défaut d’être révolutionnaire, a le mérite d’être particulièrement captivante et attachante (dans tous les sens du terme). Elle nous rappelle au passage que quels que soient l’âge, le niveau social ou le sexe, il est important de comprendre ses envies et de ne jamais avoir honte de les assumer.

Zoe Levin (Tiff) et Brendan Scannell (Pete) © Netflix

Bonding est actuellement disponible sur Netflix