A l’occasion de son retour sur le devant de la scène avec deux nouveaux titres et avant la sortie très prochainement de son deuxième album : on a rencontré l’artiste français Broken Back.

Après un premier album en 2016, tu fais ton grand retour ! Comment se passe-t-il jusque-là ?

Très bien ! C’est extrêmement jouissif après plusieurs années de proposer de nouveaux titres. Je les prépare depuis un moment donc j’avais hâte de les partager avec ma communauté et encore plus hâte de savoir ce qu’elle allait en penser. Donc je suis encore plus excité de voir que les retours sont super positifs ! Ça me donne du baume au coeur pour la suite.

Que s’est-il passé pendant ces deux années après la sortie du premier album ?

Les deux dernières années ont été un mélange entre de l’éclate sur scène, du voyage, de la création et de la composition. Il y a eu une grande période de tournée pour le premier album ! Elle a duré très longtemps, c’était absolument génial. On a joué en France, en Grèce, en Tunisie, en Polynésie et dans plein d’autres pays donc ça a été très enrichissant. Ça m’a d’ailleurs beaucoup inspiré puisque j’ai composé le deuxième album sur les routes. Pendant mes voyages, j’ai découvert de très nombreux instruments donc ça m’a permis de découvrir et d’apporter des sonorités nouvelles aux titres que je composais sur place. Et j’en ai bien sûr profité pour ramener plein d’instruments chez moi ! (rires)

Comment as-tu abordé ce deuxième opus ? Comme pour son ainé ou différemment ?

Le premier a été un exutoire. Je me suis mis à le composer alors que je m’étais cassé le dos donc il a été salvateur et le départ de mon histoire en tant qu’artiste. Pour le nouvel album, la situation est complètement différente. Je vais bien et il s’agit d’un voyage moins solitaire, moins introspectif que pour le premier où j’avais beaucoup de choses à dire seul, je voulais être maître de mon propos.

Aujourd’hui je suis plus dans une phase d’échange, d’ouverture, j’ai envie de découvrir de nouvelles manières de faire et de composer. C’est la raison pour laquelle je m’entoure beaucoup plus !

Il me semble que tu es passé à la réalisation sur tes derniers clips. D’où est venue cette envie ?

Oui c’est vrai que ça me tenait à coeur. Je n’avais pas encore mis mon nez dans l’univers de la réalisation ou de l’acting donc ça m’intriguait. J’ai co-réalisé le clip de Young Love et un deuxième clip qui va sortir très bientôt. Après je ne me suis pas non plus lancé seul. Ça reste de la co-réalisation et j’ai travaillé avec des jeunes bourrés de talent qui s’appellent Stef & Wyt.

L’expérience t’a plu ?

Oui beaucoup ! Lorsque tu composes tu as la musique mais tu as aussi des images qui te viennent. Donc c’est exaltant de sortir de ton esprit non seulement une musique mais également toute l’image qui vient avec. Ce qui n’est pas toujours le cas lorsque tu fais appel à quelqu’un d’extérieur pour la réalisation étant donné que la personne peut difficilement être dans ta tête.

Aujourd’hui tu commences une nouvelle aventure. Quand tu regardes les dernières années et ce qu’elles t’ont apporté, qu’est-ce que tu en retiens ?

Elles m’ont apporté une tonne d’instruments dans mes valises ! (rires) Blague à part, j’ai emmagasiné beaucoup d’expérience, notamment scénique. Lorsque j’ai débuté, je ne connaissais pas grand-chose à la scène. Je pense que ces dernières années m’ont permis de me sentir plus épanoui, de faire les choses de manière plus fluide et donc de pouvoir toujours aller plus loin dans mes délires.

Et que peut-on te souhaiter pour la suite ?

Une belle tournée ! C’est ce qui me tient le plus à coeur. J’attache beaucoup d’importance au fait d’aller rencontrer les gens, de vivre des moments en concert et d’avoir une tournée longue qui passe par le maximum de villes en France et en tournée. Jusque-là, je dirais que ça en prend le chemin puisque cet été on sera notamment aux Francofolies à La Rochelle et un peu partout en Europe. On va notamment partir en Roumanie donc autant te dire que j’ai hâte de découvrir les instruments traditionnels roumains. (rires) Qui sait, ça pourra sûrement inspirer un troisième album ?

Retrouvez l’Interview Parfaite de Broken Back