Umbrella Academy est disponible sur Netflix depuis le 15 février.

Difficile de ne pas être intrigué lorsque le géant du streaming américain se lance dans la production d’une série de super-héros. Sortie le 15 février sur Netflix, Umbrella Academy, tirée du comic book éponyme écrit par Gerard Way et dessiné par Gabriel Bá, vaut-elle la peine d’être binge-watchée ?

Tout commence lorsque 43 enfants naissent mystérieusement au même moment partout dans le monde et se retrouvent dotés de pouvoirs exceptionnels. Sir Reginald Hargreeves, un inventeur milliardaire, décide alors d’en adopter sept d’entre eux afin de sauver le monde.

On vous arrête tout de suite. Ne vous attendez pas à un déferlement de super pouvoirs dans les dix épisodes de cette toute première saison. En se focalisant sur les liens familiaux et les dommages émotionnels dont souffrent les personnages, Umbrella Academy se positionne du côté de l’humain plutôt que du grandiose.

On découvre alors des héros aussi barrés qu’attachants, malgré les débuts fébriles de la série. Manque de rythme, installation inégale, les défauts des premiers temps laissent très vite place à une seconde partie beaucoup plus puissante et efficace. On prend alors plaisir à observer les tribulations de Klaus, incarné par Robert Sheehan (Misfits) ou des agents Cha-Cha et Hazel (Mary J. Blige et Cameron Britton), véritables ressorts comiques de la saison.

© Christos Kalohoridis/Netflix

Sans prétention aucune, Umbrella Academy se révèle donc un divertissement entrainant et simple qui n’est certes pas parfait mais a le mérite de se regarder avec une certaine réjouissance.

On attend désormais la saison 2 pour savoir si l’essai sera transformé ou non.