Rencontre avec le trio Bon Entendeur.

Ils ont enchanté l’été avec leur titre Le temps est bon et pourtant cela fait maintenant plus de cinq ans que les trois compères de Bon Entendeur  livrent des mixtapes où les discours de personnalités francophones prennent une autre dimension. À l’occasion de la Saint-Valentin, c’est le comédien Pierre Niney qui s’est livré au trio pour une Entrevue Séduction parfaite.

Rencontre avec Arnaud, Pierre et Nicolas.

Comment allez-vous ?

Nicolas : Ça va très bien ! Tu es notre dernière interview de la journée.

Pierre : On s’attendait à plus chiant et en fait c’est assez cool !

Arnaud : Ça sera peut-être toi le relou. (rires)

Et bien je vais commencer par une question reloue qu’on doit vous poser tout le temps. Comment vous-êtes vous rencontrés ?

Pierre: On était justement en train d’en parler et comme on nous pose la question très souvent on s’est dit qu’on allait raconter une nouvelle histoire à chaque fois. Tu as de la chance on n’a pas encore tout préparé. On créera l’histoire autour de la criée à Rungis.

Nicolas: Tu échappes de peu à cette sombre histoire de poisson ! La vérité c’est qu’Arnaud et Pierre se connaissaient depuis le collège donc lorsqu’Arnaud a créé Bon Entendeur en 2012, Pierre l’a rejoint. J’ai rencontré Pierre en 2012 à Calvi on the Rocks, qui est un festival pour lequel je bosse. On s’est super bien entendu donc j’ai intégré le projet en 2013. Ça fait maintenant presque 6 ans qu’on bosse tous ensemble.

Tout à commencé par un morceau avec la voix… de Dominique Strauss-Kahn ! C’est votre première mixtape. Pourquoi lui ? 

Arnaud : On a entendu son discours sur le plateau du 20h sur TF1. On a trouvé ça génial, l’exercice oratoire était hyper fort de sa part. C’était un clin d’œil ironique, une petite blague puisqu’avant ça on faisait surtout des playlists. On ne savait pas qu’on allait reproduire le schéma pour en faire 40 autres. Même si désormais ce sont plus des hommages aux personnes qu’on entend sur nos morceaux.

Nicolas : On a affiné le positionnement qu’on voulait sur toutes ces mixtapes avec moins de décalage. DSK ce n’était pas du tout un hommage.

Comment choisissez-vous les personnalités qu’on entend dans vos mixtapes ?

Arnaud : On dit souvent qu’on est très organisé sauf sur les choix des personnalités. Il y a beaucoup de facteurs différents qui peuvent entrer en jeu. Parfois on fait voter les gens sur nos réseaux sociaux ou bien on fait en fonction de l’actualité. D’autres fois c’est tout simplement parce qu’on a la possibilité de réaliser l’interview avec cette personne.

Et les thèmes abordés ? C’est vous qui les choisissez ?

Nicolas: Pas réellement. On reprend les discours puis on va sélectionner ce qui en ressort le plus. Cela peut être un mot, un thème, tout dépend de ce que la personne livre dans son discours ou bien en interview avec nous.

Quelle est la personne rêvée que vous aimeriez enregistrer en mixtape ?

Nicolas : Je le répète à chaque fois mais pour moi ce serait Marion Cotillard. J’adorerais. Je trouve qu’elle représente une classe à la française et je suis assez admiratif de sa réussite à l’international, de son parcours.

Arnaud: Moi ce serait vraiment Fabrice Luchini !

Pierre : J’allais dire la même chose que toi.

Arnaud: Tout ce qu’il dit est de la poésie. Tu peux le laisser parler pendant des heures et tout est exploitable ! C’est un régal de l’entendre parler.

Pierre: Et puis il a une vision des choses complètement décalée. Il joue avec les mots, il analyse la vie d’une manière singulière. Sinon j’aurais bien un Zidane aussi.

Un jour, ce sera votre voix qu’on entendra ?

Pierre: Non je ne pense pas. Ce n’est pas un exercice qui nous plait. Nous ne sommes pas des experts ! Lorsque tu as un Pierre Niney qui parle de séduction, il sera beaucoup plus pertinent.

Arnaud : Arrête, toi aussi tu peux en parler ! (rires)

Nicolas: Ça ne nous est pas venu à l’idée de passer de l’autre côté. Quand on voit les personnes qui apparaissent sur nos morceaux, ce qu’ils représentent dans le patrimoine français, ça nous parait complètement insignifiant de nous mettre en avant. Le but de Bon Entendeur est aussi de mettre en avant une certaine culture française !

Comment définiriez-vous ce que vous faites finalement ?

Arnaud : Je dirais que c’est un concentré de ce qu’on écoute et ce qu’on apprécie sans se préoccuper des tendances même si elles peuvent nous influencer.

Pierre : Ce sont un peu nos humeurs du mois compilées.

Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

Pierre : Un succès pour l’album !

Arnaud : De tourner un peu plus à l’international. Même si ce n’est pas évident puisque notre projet est tout de même assez francophone.

Découvrez la dernière mixtape de Bon Entendeur :