La série de Michael Schur a pris un tournant très émouvant dans sa saison 3 qui s’est achevée dimanche dernier.

[Attention spoilers. À lire si vous êtes à jour dans la série]

À la fin de la saison 2, Eleanor, Chidi, Tahani et Jason étaient renvoyés sur Terre à la demande de Michael, qui espérait les aider à prendre les bonnes décisions pour atterrir une bonne fois pour toutes dans « the good place ». La saison 3 commence donc avec nos 4 amis qui ne se connaissent plus et qui doivent tout recommencer. Pour le meilleur et pour le pire, évidemment.

Si le début de cette nouvelle saison n’est pas toujours très convaincant et tourne un peu en rond, la série se dirige petit à petit vers une réflexion aussi drôle qu’intelligente sur notre place dans ce monde et les conséquences de nos actions. Au fil des épisodes, Michael croit avoir compris ce qui cloche. Puisque cela fait plusieurs centaines d’années que personne n’est arrivé dans la « good place », il soupçonne les démons de la « bad place » d’avoir truqué le comptage des points qui permet d’attribuer à un être humain l’endroit qu’il occupera éternellement après sa mort.

Seulement voilà, ce n’est pas aussi simple que cela. L’ancien démon repenti comprend qu’il a fait une erreur. Personne ne joue avec les points. Il est devenu si difficile de vivre dans ce monde que le système de répartition a évolué de lui-même. Le simple fait d’acheter une tomate au supermarché vous fera perdre des points car cette tomate a été cultivée d’une telle manière que vous participez indirectement à une façon néfaste de produire et de consommer. La série nous rappelle donc que nos actes ont des conséquences et qu’il faut savoir les assumer le moment venu.

© NBC

Le personnage de Janet prend également de l’importance et ce n’est pas pour nous déplaire. Jouée à merveille par D’Arcy Carden, cette intelligence artificielle n’a plus grand chose d’artificiel. Elle comprend de mieux en mieux les humains, est ultra badass (merci l’épisode 8) et a aussi des états d’âme à gérer puisqu’elle supporte difficilement le mariage entre Jason et Tahani.

L’autre point fort de cette saison est l’évolution de la relation entre Chidi et Eleanor. Lorsque Michael montre à Eleanor qu’elle est tombée amoureuse de Chidi pendant les nombreux reboots de la saison précédente, la jeune femme tente de repousser cette idée en invoquant l’impossibilité d’un libre arbitre. Puisque tout a été décidé par Michael, alors ses sentiments ne pouvaient pas être sincères. Dans l’épisode 7, Michael se charge de lui prouver le contraire – avec un verre d’ice tea – en la mettant face à sa plus grande peur qui n’est autre que la vulnérabilité. Et en lui rappelant au passage que si nous n’avions pas de libre arbitre, faire le bien n’aurait aucun sens.

Le couple que forme Eleanor et Chidi devient très attendrissant, ce qui rend encore plus bouleversant le final de la saison – intitulé à juste titre « Pandemonium » – que l’on avait certainement pas vu venir. La série est une habituée des twists mais celui-ci ne fait pas dans la dentelle et sert une nouvelle fois de prétexte à une réflexion qui parlera à bon nombre d’entre nous. Alors qu’Eleanor cherche un sens à cette existence absurde, c’est au tour de la formidable Janet d’entrer en jeu. « Si je pouvais te donner une réponse sur comment l’univers fonctionne, il ne serait pas spécial. […] Mais vu que rien ne semble avoir de sens, quand on a trouve quelqu’un ou quelque chose qui en a, c’est l’euphorie. »

Tout ce dialogue et la saison dans son ensemble nous font encore plus réaliser que The Good Place n’est pas une série comique comme les autres. Drôle et émouvante, elle s’impose comme l’une des séries les plus attachantes et intelligentes de ces dernières années. Heureusement, elle n’a pas dit son dernier mot puisqu’une saison 4 a d’ores et déjà été commandée par NBC. Il nous faudra juste savoir patienter un peu.