À l’occasion de son travail sonore pour la bande-originale du film de Pierre-Emmanuel Le Goff, 16 Levers de Soleil ( qui suit les aventures de l’astronaute Thomas Pesquet ), le saxophoniste Guillaume Perret a livré un concert suspendu ce 20 décembre, à la Maroquinerie.

Saxophoniste hors pair, Guillaume Perret est depuis toujours un artiste à l’univers sonore tout en mouvement dont la musique douce, bavarde, vibrante, voire explosive projette littéralement dans l’espace.

C’est donc sans étonnement aucun qu’on bascule dès les premières notes du concert vers un autre espace temps où les sons se mêlent, s’entremêlent, se fondent vers d’autres galaxies pour nous emmener encore plus loin, toujours plus loin vers de sublimes sensations.

Envoûté par de telles constellations musicales, la magie séductrice des compositions de l’artiste nous fait littéralement flotter dans le vide, décuplant les sens et nous emmenant de l’étonnement à l’abandon de toute résistance avec une incroyable facilité. L’émerveillement est à son comble, chaque note, telle une marche, nous fait aller encore plus haut, direction le royaume des sons. Une escapade vers de nouvelles sphères musicales imaginaires aux secousses langoureuses et dynamiques.

Accompagné de ses musiciens, Guillaume Perret rend ici hommage à la liberté de voyager avec et sur des sons d’une beauté renversante qui par la musique qu’ils racontent vous conduisent vers un univers devenant aisément vôtre.

Un moment suspendu qui laisse une multitude d’images célestes à l’esprit.