Une adresse surprenante à la cuisine généreuse et gourmande.

C’est au fond d’une impasse, à quelques mètres à peine de la Place du Marché Saint-Honoré, que se trouve un lieu surprenant, caché, où il se murmure qu’on y passerait du bon temps. Bienvenue au restaurant Inavoué.

Végétation luxuriante, bougies, tables en marbre, c’est dans une ambiance feutrée et chaleureuse qu’on vous accueille avec le sourire aux lèvres et une bienveillance naturelle. On comprend immédiatement qu’ici, tout a été pensé pour vous couper du monde extérieur et vous offrir un moment suspendu, à l’abri des regards. Petit cocktail en main, vous pourrez alors vous détendre sans difficulté après une bonne journée de travail dans ce lieu aussi cosy que classe.

Classe, oui. Mais loin d’être hors de prix pour le quartier et le cadre. Car plus que l’ambiance, ce sont également ses mets délicieux qui font du restaurant son succès. Les saveurs se mêlent et s’entrechoquent pour le bonheur du palais. Tataki de thon (12€), velouté de butternut (9€), burrata et ses légumes du soleil (13€) ou encore l’amour à 3 (avocat, écrevisses, mangue. 15€) viendront gentiment vous ouvrir l’appétit en entrée.

Du côté des plats, vous fondrez littéralement pour le délicieux filet de bœuf mariné façon tigre qui pleure (28€), le suprême de volaille rôtie (19€), la salade de calamars, chorizo et pois chiches (16€) ou bien une légère salade croquante de légumes verts à la feta (16€).

Et si les portions plus que généreuses des deux premières dégustations ne vous ont pas complètement rassasié ou bien qu’un excès de gourmandise bienvenu vous prend au corps : la carte des desserts devrait finir de vous combler ! Du mi-cuit au chocolat à la tarte citron fraises, en passant par la tendancieuse Belle banane et plaisirs inavoués, le bonheur sucré sera bel et bien au rendez-vous.

Caché au bout de son impasse, Inavoué est donc un lieu surprenant, agréable et gourmand dans lequel goût et liberté se lient dans une ambiance chic et détendue. Ne le dites pas trop fort mais une fois venu vous n’aurez qu’une hâte : y retourner.