Un conte à découvrir en famille.

Alors qu’il lui reste encore quelques jours de vacances, Mary s’ennuie dans le village de Manoir Rouge, où elle habite avec sa grand-tante. Pour passer le temps, elle cherche à se rendre utile mais s’avère très maladroite. Un jour qu’elle se promène dans la forêt, elle découvre une fleur rare qui ne fleurit que tous les 7 ans. On l’appelle la « fleur de la sorcière ». À partir de ce jour, Mary va être propulsée dans un monde magique dont elle ignorait totalement l’existence…

Après Arrietty et Souvenirs de Marnie, Hiromasa Yonebayashi est de retour avec Mary et la fleur de la sorcièrele premier long-métrage des studios Ponoc. Le cinéaste, ancien animateur des célèbres studios Ghibli, a choisi d’adapter le roman The Little Broomstick de Mary Stewart – encore inédit en France. Le résultat est un conte familial enchanteur que l’on pourrait situer entre le Voyage de Chihiro, Kiki la petite sorcière et Harry Potter. 

Mary et la fleur de la sorcière bénéficie d’une animation somptueuse qui ravira aussi bien les petits que les grands. La scène d’introduction est une petite merveille et nous plonge directement dans un univers fantastique et mystérieux que l’on ne demande qu’à explorer. La forêt est l’œuvre de Kazuo Oga, directeur artistique pour de nombreux films de Ghibli. Les effets aquatiques sont quant à eux dessinés par Hiromasa Yonebayashi himself, puisqu’il s’agit de l’une de ses spécialités.

Les personnages de Mary sont tous attachants et le petit chat à l’air blasé qui suit la petite fille partout, ne manquera pas de vous faire rire. Le réalisateur voulait à tout prix s’éloigner des thèmes comme le départ et la mort pour faire une aventure colorée, magique et positive qui nourrit l’imagination des enfants. On peut dire que le pari est réussi.


Découvrez les séances