Lafayette nous revient avec du culot et une culotte pour le clip de son album éponyme, Les dessous féminins, qui sortira ce vendredi 14 octobre, et qui est à l’image de la vidéo : une caresse « à la française », drôle et sensuelle.

La dentelle, le satin, les ficelles et les bas-résilles : comment rester impassible ?

Le dandy du label Entreprise s’évertue à une confession peu banale : sa passion de porter les sous-vêtements de sa compagne, le tout en restant le plus stoïque possible. Caresses, coups, doigts dans la bouche, maquillage : si le chanteur aux allures de gendre idéal ne se laisse pas désarçonner dans son costume beige immaculé, symbole de candeur, il n’en reste pas moins ce regard de chouette qui brille constamment de trouble (dans le genre ?) et nous tire sur les zygomatiques.

Avec un clip presque « girl power », très axé sur l’érotisme incandescent des dessous (féminins), Lafayette enfile le costume de l’homme moderne qui joue avec son identité, en gardant un second degré sur l’attention débordante et multiple qu’il subit des filles.

Ne sachant pas si c’est l’influence de Bowie comme il le chante ou bien une simple question de confort (comme il le sous-entend fortement), cet androgyne d’un nouveau genre est pris la main dans le sac, ou plutôt, il livre un coming-out léger, pop et drolatique, comme sur le reste de son album où la chanson française rétro (entre Souchon et Daho) se mêle à des sujets modernes passés au prisme de son brillant cerveau blagueur.

Reste une question empirique pour les garçons : Lafayette a t-il raison pour les dessous-féminins ?