Un accueil chaleureux en disco-funk un tantinet électronique dans la secte lumineuse de Bloum, rappelant le bon air de la French Touch quand les Daft Punk soufflaient leurs premiers tubes sur les braises des dancefloors.

« Welcome to The Light ! »

Quelle idée lumineuse a bien pu frapper Animal Records ? Mythe de la Caverne revisité dans le Moulin de Nanteau où déguisés en chevaliers et revêtus de peaux de bêtes, les musiciens de Bloum dansent sous les yeux encapuchonnés d’un gourou répétant sans cesse l’invitation :  de la fourrure au fou rire, il n’y a qu’un pas de Mia.

Les riffs et solo de guitares épiques résonnent à l’image dans les couloirs de pierres où la secte chamanique et drolatique poursuit son incantation solaire, consciente de rappeler les mignons « enfants perdus » de Peter Pan, bien plus que les fauves lycanthropes des légendes du Moyen-Age.

Les Enfants Perdus - Peter Pan

Avec le signe de mains en triangle, marque des dangereux illuminatis, on croirait presque aux vertus pédagogiques du clip, apologie ironique des théories conspirationnistes qui feignent d’offrir la lumière pour mieux immerger dans l’obscurité. On irait même jusqu’à dire que Bloum caresse ici à bout de doigt la cheville du mythe de Prométhée, dieu grec apportant symboliquement le savoir aux hommes avec le feu.

 Welcome to The Light est alors éclairant au niveau philosophique (en extrapolant un peu…), mais surtout éclatant de couleurs chaudes gorgées d’énergies positives avec son humour absurde, ses mélodies brulantes à la vitamine D et une invitation rituelle de l’épanouissement par la fête.