Les oreilles bourdonnent encore de la vieille mais nos jambes nous portent sans mal jusqu’à la plaine en cette seconde soirée de Garorock, qui s’annonce être plus fournie avec notamment l’ouverture de la scène du Trec.

Mais notre soirée commence par la discussion avant la musique avec la conférence de presse du duo Casseurs Flowters, composé d’ Orelsan et Gringe. Détendus, les rappeurs ont répondu aux questions des journalistes non sans une pointe d’humour, caractéristique des deux personnages. Ainsi on a pu découvrir que la redondance du mot « pute » dans les textes d’Orelsan étaient dû à une période sexuellement charnière, que la série Bloqué(s) ne devrait pas reprendre après la diffusion des derniers épisodes et qu’ils sont chacun en préparation de projets personnels aussi bien cinématographiques que musicaux.  Ils auront même eu le temps de prodiguer quelques conseils de drague à un journaliste. Une conférence drôle et bon enfant.

Cette dernière terminée, on fonce alors sur la scène Garonne, pile à l’heure pour l’arrivée des Naive New Beaters, mené par le charismatique et loufoque David Boring, proclamé roi des transitions sans l’ombre d’un doute. Groovy, disco et électrique, le groupe nous présente de nouveaux morceaux qui apparaitront sur leur prochain et troisième album, qui sortira le 22 juillet. « Montecristo », « Heal Tomorrow » ou encore « Shit Happens », le groupe alterne entre danse d’un autre temps, signe Peace et « coeur patate » tout le long d’un concert lumineux et jovial, qui semble plaire aux festivaliers qui arrivent doucement devant la grande scène, curieux et intrigués par ces drôles d’énergumènes se trémoussant comme des fous. Une distribution de bonne humeur, qui annonce une très belle soirée.

IMG_0563 (1)

Naive New Beaters ©Antoine Magyar

Et le groupe suivant continue sur cette lancée. Sur la scène du Trec, un groupe vêtu de blanc arrive avec vigueur, envoûtant en quelques secondes le public de leur vague électro- pop futuriste. Avec un charisme débordant Las Aves vient souffler avec force un vent d’énergie sur tout Garorock. D’un seul coup la fraîcheur de fin de journée disparait et un véritable brasier la remplace, émanant de la foule qui se fait de plus en plus grande. Si on connaissait un peu le groupe par leurs deux derniers clips très MTV, c’est avec délice qu’on les découvre sur scène, nous donnant par la même occasion l’envie de se plonger plus en profondeur dans leur album et leur univers hybride. Et c’est après pratiquement une heure de show, qu’on ressort du devant de la scène transpirant mais heureux d’avoir pu assister à ce beau moment.

Las Aves ©Antoine Magyar

Las Aves ©Antoine Magyar

On profite d’une petite pause entre deux concerts… Pour continuer à se gaver de musique en faisant un détour par le Garoclub, le temps d’un shot d’électro-soul servi derrière les platines par  Woodini.

De quoi accompagner un break bien mérité avant d’être entrainé par la vague humaine qui a pris d’assaut la scène Garonne afin d’assister au concert de Jain, elle même surprise par une telle ambiance à son arrivée. « Je n’entends même plus ma propre musique. Ça ne met jamais arrivé, c’est incroyable ! ». Et les mots de la jeune artiste sont justes car si on devinait son  succès auprès du public notamment grâce à ses titres « Come » et « Makeba », on était loin d’imaginer qu’elle provoquerait une telle telle ferveur en ce vendredi, se jetant une nouvelle fois dans une bulle géante au milieu de la foule, pour son plus grand plaisir !

La nuit est désormais tombée sur la plaine et vient avec elle son lot de douceur musicale avec l’enivrant Petit Biscuit, qui remplit en très peu de temps le Garoclub, le rock psyché des anglais Glass Animals, la pop folk et électronique de Lilly Wood & The Prick et surtout l’excellent  producteur Jamie xx, qui nous a permis de passer un incroyable moment. Et dont on a eu la surprise de découvrir en rentrant du festival que son clip était sorti le jour même et était non seulement magnifique mais également réalisé par le français Romain Gavras.

En bref une seconde journée qui a tenu ses promesses. Celles d’offrir des artistes divers pour des shows énergiques et chargés de bonne humeur.