« Mesdames et messieurs, prochain arrêt Marmande. Bon festival à tous ! ». C’est sur les paroles de ce conducteur du TER que commence pour nous le premier jour de l’un des plus importants festivals du sud-ouest : Garorock.  Et ce jeudi a su représenter avec brio le nom du festival.  

On découvre pour la première fois la plaine de la Filhole où se dressent pour l’occasion trois grandes scènes alignées, un Garoclub et une multitude de petits stands de nourritures plus ou moins locales. On ne va pas vous le cacher, on remarque en trois secondes le grand stand de vins bordelais qui nous fait gentiment de l’oeil.

IMG_0429

Mais avant de se rincer le gosier, place à la musique. Et c’est le groupe Sunset Sons et leur rock indé qui ont ouvert le bal. Le groupe d’origine anglaise et australienne, formé à deux heures de Marmande, sur les plages de Hossegor en France, chauffe le public qui entre peu à peu sur le festival. Le soleil est à son zénith et si on sent les festivaliers encore timides, le groupe réussi à nous mettre dans le bain pour ces quatre jours de festival et on commence  à entendre des voix s’élevées pour reprendre en coeur certains de leur titres les plus connus tels que « Remember » ou « She wants ». De la batterie, une très belle voix et surtout des guitares qui résonnent.

Et celles-ci se font plus qu’entendre lorsque c’est au tour du groupe YAK de prendre la relève sur la scène Garonne. Venus de la capitale anglaise, les trois jeunes rockeurs saturent les enceintes du festival avec un rock brut, punk qui est à deux doigts de nous crever littéralement les tympans. Si on salue les courageux restés devant la scène, on préfère s’éloigner pour apprécier l’énergie  du trio sans risquer de saigner des oreilles, au sens propre du terme.

C’est lorsque le soleil commence à baisser qu’ X Ambassadors arrivent sur scène sur une ambiance déchainée. Finie la timidité des débuts, le festival est désormais lancé et une foule incommensurable nous entoure et danse comme jamais sur le titre d’ouverture « Loneless ». Première partie de Muse lors de leur tournée européenne cette année, on se rappelle les avoir vus au Badaboum à Paris en tout début d’année et c’est avec la même puissance qu’il retourne un Garorock sous le charme, suivant chaque faits gestes et reprenant avec joie les paroles de « Renegades ».

De toutes parts, ce sont des sourires qui sont affichés. Il règne sur cette plaine une atmosphère bon enfant qui fait plaisir à voir.  Ici, on laisse avancer ceux qui souhaitent passer devant, on rit, se rencontre et surtout on s’amuse dans la bonne humeur sans pour autant être passif face aux artistes. A l’image du temps, c’est un public ensoleillé qui nous accompagne jusqu’à la tombée de la nuit.

IMG_0522

©Festivaliers by COCY

Heure fatidique, qui annonce ce tremblement qu’on connait bien désormais : l’arrivée du groupe Muse. Véritable évènement de ce festival, c’est sous un triomphe d’applaudissement, de cris voire de hurlements que le trio célèbre enflamme la scène ! «Psycho » « Uprising », « Mercy », « Supermassive Black Hole » c’est un rouleau compresseur de tubes qui s’abat sur un public survolté, grondant, sautant, chantant au rythme des batteries et des guitares. Et parce qu’on a connu se groupe en écoutant cette chanson, on ne peut que fermer les yeux et se laisser transporter par la voix de Matthew Bellamy sur « Starlight », véritable moment enchanteur.  Encore une fois un sans-faute après leur show gargantuesque à la Tour Effeil.

En bref, une première journée placée sous le signe des guitares et des voix puissantes pour un festival à taille humaine et qu’on a déjà hâte de découvrir plus en profondeur les jours à venir.