“Il faut faire de la vie un rêve et faire d’un rêve une réalité.”

Cette phrase de Pierre Curie, représente à elle seule l’ambition d’Happiness Watchers, une nouvelle start-up qui a décidé de faire du bonheur son business model en réalisant les rêves des gens. Rencontre avec Victor et Guillaume, les fondateurs de ce projet plus que positif !  

Comment est ce que vous vous êtes rencontrés ?

Guillaume: On s’est rencontré en première année d’école de commerce, on s’était retrouvé assis à côté dans le bus du week-end d’intégration et il avait ramené le seul alcool que je ne peux pas boire : du whisky. Il m’en a proposé. J’ai dit non. On ne s’est pas reparlé du week-end. (Rires)

Victor: En deuxième année, on a rejoint une association étudiante de court-métrage. Ça nous demandait beaucoup d’investissement donc on passait énormément de temps ensemble et on s’est finalement bien trouvé niveau humour et conneries.

Et donc du jour au lendemain vous avez décidé de monter votre projet ?

Victor : Pas vraiment. Je suis parti à Londres pendant un an et demi en V.I.E (Volontariat International en Entreprise) pour le lancement d’une filiale d’un grand groupe français en Angleterre. On était dans un quartier animé de Londres mais un lancement c’est sportif et même si pendant un an et demi j’ai beaucoup appris, je ne me retrouvais pas dans ce que je faisais. Au bout de deux mois, j’ai compris que ça n’était pas pour moi donc j’ai commencé à réfléchir à l’avenir.

Guillaume : Et je suis arrivé un peu après. Ça faisait quatre ans que je faisais du lobbing, et j’en étais arrivé au même constat que Victor. J’avais fait des années et des années d’études pour finalement aller à reculons au boulot. Donc j’ai posé ma démission, je suis parti à Londres rejoindre Victor avec ma copine et il m’a expliqué l’idée qu’il venait d’avoir et ça m’a immédiatement plu.

Et cette idée c’était…

Victor : Happiness Watchers. Elle m’est venue dans la douche ! Je me suis demandé ce qui me plaisait réellement dans la vie et j’ai trouvé. Ce qui me rend le plus heureux dans ma vie est de faire plaisir aux autres ! J’ai toujours aimé ça, c’est quelque chose qui me fait du bien. Alors je me suis dit que j’arriverais à en faire mon boulot.

Expliquez moi un peu le fonctionnement d’Happiness Watchers.

Victor : C’est très simple. Vous allez sur la plateforme happinesswatchers.com et vous décrivez votre rêve. Si vous êtes choisis, on vous embarque avec nous pour le réaliser !

Sous quel(s) critère(s) sélectionnez- vous les rêves ?

Guillaume : Il y a différents critères. Le premier, c’est l’originalité du rêve, il faut que celui-ci sorte un peu du lot. Il y a également la faisabilité qui est importante ! A l’heure actuelle on n’a pas les moyens d’emmener les gens sur la Lune, donc il faut que le rêve reste faisable (rires). Même si dans l’avenir, notre but est tout de même d’aller de plus en plus loin et réaliser des rêves de plus en plus fous.

Victor : Un de nos autres critères est l’intérêt visuel. On produit une vidéo un peu scénarisée à la fin, donc il faut qu’il y ait des choses à montrer dans la réalisation du rêve pour que les internautes puissent rêver avec nous en voyant la vidéo sur Facebook ou notre chaîne Youtube. Le dernier critère, c’est qu’il faut que le rêve soit susceptible de plaire à nos partenaires, puisque c’est eux qui vont en partie le financer.

Guillaume : En réalité lorsqu’on se met d’accord sur un rêve on va construire un scénario avec lequel on raconte une histoire et on contacte les marques pour leur proposer le projet. On leur explique le concept  et que cela pourrait leur apporter de la visibilité, notamment grâce à la vidéo.

C’est donc grâce aux marques que vous pouvez réaliser les rêves ?

Guillaume : Oui. Ça nous permet d’avoir des financements. On ne se cache absolument pas de travailler avec ces partenaires puisque cela permet à des gens de réaliser leurs rêves. On reste dans une démarche positive !

Victor : On n’est pas un espace publicitaire pour autant. On garde une totale liberté de créer, de choisir et ce qui compte avant tout c’est le rêveur en lui-même. On veut lui offrir la plus belle des expériences et qu’il se fasse plaisir ! Cependant on est conscient que sans moyens cela devient un peu difficile ! Donc on a trouvé un format qui permet de réaliser le rêve de quelqu’un, tout créant un contenu qui soit efficace pour les marques car positif et viral. Et si en plus de ça on fait rêver les internautes qui regardent la vidéo… On a tout gagné !

Quels sont les rêves les plus fous que vous ayez reçu?

Guillaume : On a parfois des gens qui nous demandent d’assister au concert d’un artiste décédé comme Michael Jackson ou David Bowie. Mais ça n’est pas totalement impossible. Avec l’avancée technologique, certains ont bien réussi à recréer un concert de Tupac par hologramme.

Victor : On reçoit parfois des rêves en rapport avec des pornstars, mais ceux-là on ne les réalisera pas car ce n’est absolument pas notre ligne éditoriale ! (rires)

Si deux personnes venaient vous voir pour vous dire qu’elles pouvaient réaliser vos rêves, quels seraient ils ?

Guillaume : Que notre projet continue à fonctionner déjà. Sinon je dirais faire ne serait-ce que dix minutes de concert dans un truc à la Woodstock ou visiter les abysses comme ce qu’avait fait James Cameron pour son film. J’aimerais aussi beaucoup aller pêcher en haute mer !

Victor : On a aussi un rêve commun qui est de tourner un film avec Jonah Hill et Jim Carrey. On adore les comédies disons… subtiles. (rires) Personnellement j’adorerais faire des grillades de langoustes et de homards au bord de la plage devant un couché de soleil.

Ce sont des rêves accessibles !

Victor: Oui, enfin il va vraiment falloir que ça marche bien pour nous si on veut faire tout ça ! On a toujours de nouveaux rêves. C’est notamment du au fait qu’on est constamment stimulé par tous les rêves qu’on reçoit sur Happiness Watchers! Les gens ont des rêves superbes et une foule d’idées nouvelles.

Guillaume: On a reçu environ trois mille rêves et on apprend chaque jour de nouvelles choses. Lorsqu’on travaille à la réalisation d’un rêve, parfois ça n’est pas du tout un sujet qu’on maitrise, donc on doit creuser et approfondir nos connaissances. C’est super enrichissant de se confronter à la passion d’autres personnes.

Au final vous avez fait du bonheur votre marque de fabrique. Quelle est pour vous la recette du bonheur dans l’entreprenariat ?

Victor : Il faut aimer son projet ! C’est important car quand tu commences tu es le seul à y croire, donc si tu ne l’apprécies pas, tu baisses vite les bras. Il faut aussi rester soi-même et s’ouvrir aux autres.

Guillaume : Il ne faut pas se voiler la face, c’est ce qu’on a fait dans nos boulots précédents et ça n’était pas constructif. Je vais dire un truc con mais la recette du bonheur d’aller avec un piercing au nez et une moustache en rendez-vous client ! (rires)

Culture Sauvage pour Victor et Guillaume ?

Guillaume : Underground

Victor : Rock n Roll comme état d’esprit.

[hr gap= »30″]

Proposez vous aussi vos rêves sur :

Happiness Watchers 

Et rejoignez leur communauté sur: 

Facebook 

Youtube

Twitter

Instagram

[hr gap= »30″]