Un faux cours de direction artistique dans un miroir sans fond et second degré : le clip-tuto de Kid North prend la musique et les choses de l’electro pop à la légère, en embrochant quelques haters. Et ils ont bien raison.

Vessels, c’est ce groupe électro de Leeds qui fait du boom-boom intelligent et mélodique. De l’autre côté du remix, la pop-music atmosphérique du trio français de Kid North, signé chez Tsunami Addiction, et qui, avec le clip de « Gold », nous apprenait déjà toute la recette de la fabrication d’un EP : de l’inspiration à sa promotion en passant par la composition et son financement.

 

A l’occasion du remix de Vessels, Kid North décortique les ingrédients graphiques d’un clip electro pop en commençant par des abstractions colorées. Fins observateurs, ils mettent à jour l’esthétique minimaliste et les symboles géométriques qui constituent les emblèmes efficaces d’une génération indie-pop parfois trop peu inspirée, voir souvent consensuelle. Mais sans se reposer sur un seul des truismes du genre, Kid North ajoute « des trucs bizarres », comme se filmer en train de clouer des bouts de bois en forme de triangle : l’allégorie parfaite du DIY hipster.

Et comme on récolte ce que l’on sème sur les internets, le trio, sous fond du remix de Vessels, anticipe les commentaires de trolls qui accompagnent forcément les poncifs poussifs du genre en caricaturant même les réactions qui sur-réagissent. Après des gros plans sur le titillement des pédales d’effets et des machines (essentiels lorsque l’on veut paraitre un artisan-geek-inspiré), on passe aux délires bien perso des membres pour montrer qu’on est cool et qu’on ne se prend pas au sérieux.

Future Ghosts

Mais quand même, il faut bien nourrir l’ego d’images de live où la puissance des stroboscopes n’égale que les mouvement désordonné et rock, contredisant un remix à la matière sonore ultra fine et vaporeuse. Pour achever le pied de nez, un caléidoscope psychédélique vient enterrer la progression des fausses bonnes idées stéréotypées, et le trolling en commentaire youtube (en impression écran directement sur la vidéo) devient de plus en plus virulent, jusqu’à sa conclusion finale : « worst video ever ».

Dans la plus pure tradition de la vanité dans l’histoire de l’art (qui se résume grossièrement par une représentation picturale rappelant la finitude de l’homme, en tentant de l’éduquer à la modestie à grand renfort de nature morte), Kid North parvient à se situer au-delà du bien et du mal de la critique esthétique, et même au-delà du second degré, en révélant les codes trop utilisés dans les clips électro pop, et en raillant les critiques acerbes et disproportionnées qui les fustigent. C’est en tout cas ce qu’on en aura compris d’un clip-ovn qui aura au moins cette grâce aux yeux des haters : innover et prendre des risques.