Le 9 avril dernier, Etienne Fu-Le Saulnier devenait le lauréats 2016 catégorie Clip Musical lors de la seconde édition du PRIX COURT COCY. L’occasion pour nous d’en apprendre un peu plus sur la genèse de « Little Party Queen » .

Comment est né le clip ?

D’une chanson, née de la rencontre entre les artistes  Gaïa Maniquant-Rogozyk et Pablo Chazel. Avec Pablo, on était animateur de colo cinéma il y a quelques années et depuis on a continué dans le milieu du cinéma, lui plus du côté son et moi celui de l’image. Et lorsqu’ils ont créé le morceau, ils ont voulu un clip donc j’ai rencontré Gaïa, le courant est passé et on s’est lancé dans l’aventure tous ensemble.

GAIA PABLO

Gaïa Maniquant-Rogozyk et Pablo Chazel

La chanson est l’histoire d’une fille qui passe son temps en soirée à prendre de la drogue et petit à petit elle se rend compte que toutes les relations qu’elle entretient dans ce monde sont un peu superficielles. Ce n’est pourtant pas exactement ce que raconte le clip.

Non, car je ne voulais pas faire la simple transposition des paroles. On a pas mal réfléchi à l’angle qu’on souhaitait prendre et on a fait le rapprochement avec la célébrité. La célébrité est un peu comme une drogue, c’est addictif, ça fausse parfois ton jugement et te déconnecte de la réalité ! D’où l’histoire de ce champion déchu, devenu impopulaire et qui va tenter de se relever après une période de vide. Même si les paroles sont tristes, le rythme est joyeux et très pop. C’est pour cela qu’on souhaitait un côté décalé entre le sérieux des personnages et la situation qui semble ridicule vue de l’extérieure.

D’où ce combat de pouces !

Oui ! J’ai cherché un sport dans lequel on peut être célèbre sans pour autant être crédible. J’ai d’ailleurs trouvé pas mal de trucs. Par exemple aux Etats-Unis, il y a un jeu qui consiste à mettre une énorme boule dans un but, et tu as le droit d’utiliser un taser contre les joueurs adverses ! (rires) Sinon en Ecosse, il y a aussi la course au fromage, où les gens descendent une falaise pour attraper un énorme fromage qui roule! Après on ne voulait pas être aussi extrême et je suis tombé sur de vrais combats de pouces ! Ce qui correspondait parfaitement car ça n’est pas forcément un sport prestigieux, voire pas du tout.

ponchel_clip_queen (17)

Ils portent du lycra ?

Non ça c’est parce qu’à onze ans j’ai pratiqué la lutte russe et j’ai été marqué par la tenue. Elle t’enlève toute virilité ! Donc les deux sports associés, le tout saupoudré de la coupe « mulet »… On tenait quelque chose !  Et c’était important que chaque personnage ait une couleur bien définie. La couleur a d’ailleurs une place importante dans le clip. Dans l’antre de Travis, c’est rouge et vert, la salle de combat est blanche mais le public est bleu car il est acquis à Hogan etc… C’est un peu masturbatoire mais on voulait vraiment identifié les situations et personnages. 

Comment s’est passé le tournage ?

C’était un peu le bordel (rires). Je me souviens qu’à une semaine du tournage, on n’avait ni décor, ni lieu. J’ai été sauvé par la chef déco, Anouck qui est arrivée avec de vraies propositions et également le 6B, qui nous a autorisé à filmer pendant deux jours à l’intérieur du lieu ! Au final j’ai été entouré par une vraie équipe de techniciens pro qui ont su jouer le jeu de la débrouille et c’était formidable. Ce clip est un vrai travail en commun !

Tu préfères réaliser des clips, plutôt que des fictions?

Je ne peux pas appeler ça une préférence. J’aime beaucoup le clip car il y a un réel potentiel créatif. La marge de manœuvre est très souvent plus large, tu peux t’autoriser plus de choses. C’est un format court, qui prend peu de temps à monter. J’apprends beaucoup avec les clips, notamment sur l’usage de la couleur et le travail de l’ambiance, qui sont fondamentaux. Après j’aime aussi diversifier les projets sur lesquels je travaille. Je ne m’interdis rien.

Culture Sauvage pour Etienne ?

Le punk.

[hr gap= »30″]

Revoir le Clip Musical, PRIX COURT COCY 2016 

Retrouvez l’équipe du clip sur 

[hr gap= »30″]