C’est dans le 17eme arrondissement de Paris, dans un petit immeuble discret en fond de cour, que Geoffroy et Alexandre Lambert, deux frères, nous expliquent avec fougue le concept innovant qu’ils ont trouvé et développé à travers Driiveme et qui s’inscrit pleinement dans une logique d’économie collaborative.

Bonjour Geoffroy et Alexandre, d’où vous est venue l’idée de Driiveme ?

Geoffroy : L’idée est venue suite à la connaissance des coûts logistiques très importants chez les loueurs de voitures. Nous avons voulu trouver une solution où tout le monde s’y retrouvait : loueurs comme conducteurs.

Alexandre : Le concept existe également en Australie/USA où les distances sont bien plus grandes. Il s’agit là-bas d’un bon plan pour voyager sur de longues distances ! En France et en Europe, c’est différent, nous souhaitons proposer à travers notre solution un nouveau moyen de déplacement.

Pouvez-vous expliquer rapidement le concept de Driiveme ?

Alexandre : DriiveMe est une plateforme qui permet aux particuliers de se déplacer ou de déménager de ville en ville pour seulement 1 euro ! Il offre ainsi aux loueurs de voitures une solution de rapatriement efficace et économique de leurs véhicules. Pour équilibrer leurs parcs automobiles, les agences de location ont besoin, au quotidien, de transférer leurs véhicules, généralement par camions transporteurs. Afin d’optimiser ces transferts, DriiveMe leur propose une solution intéressante : faire rapatrier leurs véhicules par des particuliers. Une démarche gagnant-gagnant qui permet à des particuliers d’avoir un véhicule pour un euro et aux loueurs de réduire leurs coûts logistiques. Notre entreprise fait partie, à sa manière, de ce grand mouvement que représente aujourd’hui l’économie collaborative.

Geoffroy : DriiveMe, c’est aussi, depuis quelques mois maintenant, une plate-forme qui permet aux particuliers de déplacer leurs véhicules partout en France. Par exemple, si vous déménagez et ne pouvez pas emmener votre voiture, DriiveMe vous la livrera à votre nouveau domicile le jour de votre choix. Ou encore, si vous êtes partis en vacances en voiture, êtes tombés en panne et êtes rentrés en train, notre équipe vous aidera à récupérer votre véhicule abandonné dans un garage le temps des réparations. Enfin, nous louons des véhicules aux « jeunes conducteurs » également, puisque nous exigeons de nos clients qu’ils aient 21 ans et possèdent le permis depuis 1 an, là où, parfois, les agences de locations classiques sont beaucoup plus restrictives.

logo-HD

Quel coût couvre cet euro ? 

Geoffroy : Pour 1€, vous louez tous types de véhicules. Cette location comprend l’assurance tous risques, ainsi qu’un délai de 24h pour ramener le véhicule sur l’un des points d’arrivée proposés. Cela intègre également le kilométrage entre les deux points de départ et d’arrivée, ainsi qu’un supplément (environ 20%) vous permettant donc d’effectuer un détour si besoin. Il ne vous reste donc à payer que les frais de route (essence et éventuels péages) !

Quelques chiffres pour résumer Driiveme ? 

Alexandre : DriiveMe, aujourd’hui, c’est 3 ans et demi d’existence, une équipe de 10 personnes et plus de 300 000 membres. C’est également 200 clients-loueurs différents, d’Hertz France à Europcar, en passant par les garagistes ou les concessionnaires automobiles, plus de 10 000 véhicules disponibles quotidiennement sur le site internet, et plusieurs dizaines de milliers de locations réussies !

Une anecdote à nous raconter d’ailleurs sur l’équipe DriiveMe ?

Geoffroy : Un « fun-fact » plutôt : Saviez-vous que l’équipe DriiveMe est championne d’Urban-Football, vous savez, ce jeu de foot qui se joue à 5 contre 5 sur des terrains clos?

driiveme_pays_dr

Avez-vous un profil « type » de client ? 

Geoffroy : Tout à fait, notre client type est un homme, âgé de 36 ans et possédant le permis depuis environ 13 ans. Néanmoins, ce profil très marqué est trompeur puisque 35% de notre communauté est composée de femmes et ce pourcentage va en s’accroissant.

DriiveMe, c’est en France ou aussi à l’étranger ? 

Alexandre : Actuellement, notre marché natif, c’est la France. Nous travaillons cependant main dans la main avec les loueurs pour s’implanter dans les pays voisins, notamment en Allemagne. Nous avons, de manière régulière, des trajets disponibles à l’étranger, ou vers l’étranger. Récemment, quelqu’un a pu faire un Paris / Braga, dans une BMW série 1, pour 1€ ! Génial non ?

Selon vous, l’économie collaborative est-elle bénéfique aux entreprises traditionnelles ?

Alexandre : C’est le grand débat… L’économie collaborative est encore un modèle économique jeune, en développement, et même s’il est plein d’avenir, il est très difficile de dégager une tendance aujourd’hui… Ce que l’on peut dire de manière certaine, c’est que les deux sont complémentaires.

Geoffroy : Concernant DriiveMe, plus précisément, oui, cette économie collaborative est bénéfique. Les acteurs traditionnels de la location ont trouvé, via notre plate-forme qui s’inscrit clairement dans cette logique économique, un moyen de se transformer, de réaliser des économies, et d’évoluer. Mais je pense que pour que « l’éco-colla » soit bénéfique les acteurs traditionnels doivent être prêts à se renouveler, et à créer une rupture dans leurs business. On parle beaucoup de « disruption » ces temps-ci. Et bien, je pense qu’en effet, c’est la clé de la transformation de ces modèles économiques.

Culture sauvage pour Driiveme ?

En chœur : Entreprendre, ça c’est sauvage !

Alexandre : Je dirais… l’art ethnique.

Geoffroy : Les arts sous toutes leurs formes et sortant du cadre classique, dont le but est de faire ressentir les choses différemment.

 Contributrice : Mahault Lecuyer