Leur dernier album sorti depuis une dizaine de jours…« Dolziger Str.2 » n’arrive pas à nous rendre indifférent. A la rencontre d’un côté nuageux, brumeux et à la fois, magnifiquement éclairé musicalement.

Pour parler simplement de cette éclaircie, de ce nouvel album j’ai décidé de faire cela sous forme de jeux. La règle est simple : tenter de décrire l’album d’ Odezenne après une simple et unique écoute ! Exercice ludique, délicat et subtilement étrange. Nous sommes joueurs, alors, j’ai joué naturellement.

Les premiers mots me sont venus pour qualifier les textes, un langage pour désigner un sens : changement, renversement, existence, fragilité, fébrilité, réalité. La musique, un mélange de Hip-hop et d’électro envoutant, un rythme soutenu confiné dans un univers très singulier et marquant.

Photo 1 Odezenne-DolzigerStr2-VisuelHD

Des rîmes en guise d’outrage à l’habitude, des préfixes, des suffixes, de la syntaxe construite habillement et d’une manière si fragile, tel un funambule qui se lance en pleine nuit dans l’accomplissement de sa première voltige, de son premier lâché-prise pour, au final, se retrouver et retomber sur ses pieds et sur son fil.

On peut entendre des thématiques vertigineuses, qui pourtant, tombent bien.

A première écoute, l’intérêt certain qui émane relève d’une idée élémentaire : céder à l’envie de ré-écouter l’album et plus précisément certaines chansons. Comme ce fut le cas…suite à l’écoute du dernier titre «  On nait, on vit, on meurt »

On nait on vit on meurt

 

Philosophie terre à terre accessible et existentielle. On embrasse nos démons, nos peurs et on ne se retrouve pas forcément plus fort mais, totalement en phase avec nous-même, sans mensonges et sans illusions. On ne peut pas nier une certaine noirceur sémantique et pourtant, aussi paradoxale que cela puisse paraître, le résultat n’est pas négatif, bien au contraire, l’aboutissement est énergique et constructif.

Comme si, le voyage vers le côté sombre nous éveillait simplement vers l’essence même des états les plus simples de l’être. Leurs rimes, c’est eux qui en parlent le mieux « J’ai l’air de faire des rîmes vivantes » C’est bien ainsi qu’elles sont réceptionnées, je vous l’assure.

Seul bémol, parmi une multitude de dièses, car je ne peux pas ne pas l’évoquer. L’aspect quelque peu misogyne développé dans les clips. Rassurez-moi, le hip-hop, ce n’est pas que pour les hommes ?

Seulement, je fais la part des choses. Et je dois dire que cet album s’inscrit, lui, dans un ensemble bien tangible et authentique, surprenant et désinvolte.

[hr gap= »10″]

Actuellement en tournée en France et en Suisse :

STRASBOURG (67) La Laiterie 03/12/2015

LYON (69) Ninkasi 04/12/2015

MONTREUX (CH) Le Ned 05/12/2015

CLERMONT-FERRAND (63) La Coopérative de Mai 09/12/2015

TOULOUSE (31) Metronum 10/12/2015

MONTPELLIER (34) Le Rockstore 11/12/2015

MARSEILLE (13) Le Moulin 12/12/2015

[hr gap= »10″]