Donald et Christy s’aiment. Elle vit à Londres, lui à New-York. Il décide de la surprendre et s’envole vers l’Angleterre pour le week-end.

Malheureusement, elle a précisément choisi le même moment pour le rejoindre… 

Écrite par Israel Horowitz pour la BBC dans les années 90, montée une fois aux Etats-unis, Phone Tag se joue jusqu’au 3 janvier, au Théâtre des Béliers Parisiens.

On doute une petite minute, et puis, tout à coup, surpris, on rit pendant 1h15, emporté par la passionnante histoire qui nous est contée.

Phone tag, c’est un défi que s’est donnée « La Compagnie des Aléas ». Comment raconter cette histoire écrite, à la base, pour la radio? Quelle place occupe le comédien sur scène, jusqu’où peut-il aller dans sa démarche?

La metteur en scène, Adrienne Ollé, et ses 5 comédiens relèvent ce challenge avec brio. Ils interprètent somptueusement toute une galerie de personnages, faisant ainsi appel à leur créativité et à toutes les opportunités que l’art dramatique offre: les différents accents, les mimiques infinies, la subtile manière de se mouvoir dans l’espace.

La scénographie est ingénieuse et artisanale. Elle mélange brillamment la vidéo, les comédiens comme « objet » de décor et, évidemment, le « mobilier ». On se croirait dans un jeu de polly pocket et de playmobil où le décor se plie, se déplie, se peint, se dépeint, se passe de main en main, pour encore une fois relever ce défi: raconter une pièce radiophonique!

Phone tag, c’est un peu Géo Trouvetout ou Inspecteur Gadget. Ce sont toutes ces astuces de mise-en-scène réunies. Dans ce joli désordre qu’installe la pièce, dans ce rythme effréné qu’imposent les comédiens et l’écriture d’Israel Horowitz: la mise en scène crée l’unité. Une voix off les remet en place et leur rappelle leur devoir : raconter une histoire. Mixant le burlesque, le jeu, la comédie musicale, incrustant avec fluidité un numéro de claquettes et, rythmant la pièce de chants et de guitare; Phone tag fonctionne, le défi est relevé!

La pièce est réussie, on passe un joli et intense moment de divertissement avec une belle leçon à la fin.

Cette histoire d’amour que les comédiens essaient tant bien que mal de partager avec nous est drôle, remplie de fraîcheur mais surtout rythmée! On sent l’urgence et le coeur des comédiens qui pulse. Comme deux coeurs qui essaient de battre ensemble pour n’en faire qu’un, celui de l’Amour.

C’est une pièce colorée tant par le thème que par les costumes, le jeu ou encore par les décors et la lumière pour, encore une fois, un seul et même but: raconter l’histoire de Donald et Christy.

[hr gap= »10″]

Mise en scène : Adrienne Ollé
Direction artistique : Léa Marie-Saint Germain
Interprète(s) : Pierre-Edouard Bellanca, Laura Chétrit, Aurélien Gouas, Pierre Khorsand, Léa Marie-Saint Germain, Arnaud Perron (en alternance)

Traduction : Marie-Astrid Périmony
Scénographie : Emmanuel Mazé
Création lumière : Victor Veyron
Direction musicale : Pierre-Edouard Bellanca
Vidéo et graphisme : Ghislain de Haut de Sigy / Coffee & TV
Création sonore : Timothy Bickford
Voix : Nathalie Bernas, Tom Morton

Production: La Compagnie des Aléas

[hr gap= »10″]