Du Monde Au Balcon : un nom qui en impose et a aiguisé notre curiosité insatiable. Autour d’un café près de Voltaire, nous avons rencontré Manon Portanier, fondatrice de l’agence d’organisation et promotion de concerts à Paris qui fête l’anniversaire des trois ans à La Mécanique Ondulatoire ce mercredi 7 et jeudi 8 octobre.

Au programme Staircase Paradox, quintet mixte qui oscille entre pop mélancolique et rock abrasif, le lyrisme poétique et acoustique de WIGO, l’Art Rock rustique de Lloyd Project et la pop rock aux accents psychédéliques des Monkey To The Moon. Les amazones de « DMAB » aiment la musique et ne se laissent pas marcher sur les pieds pour faire monter les groupes sur scènes.

Tout d’abord qu’est ce que ça fait d’avoir trois ans ?

Je me sens vieille ! Dans ce milieu ça commence à être bien, mais on a l’impression avec l’équipe que ça fait seulement deux mois : il y a plein de choses qui se passent et un besoin constant de s’adapter. Trois ans c’est vieux mais c’est encore beaucoup trop jeune pour notre projet.

Pourquoi l’avoir appelé « Du Monde Au Balcon » ?

Parce que j’ai des gros seins ! (rires) En dehors de ça c’est un pied de nez à tous les machos du milieu de la musique, principalement du rock, persuadés qu’une fille ne peut être autre chose qu’une groupie qui bave devant les groupes. Nous, ces groupes, non seulement on les aime, mais on fait en sorte qu’ils se produisent.

Quelles ont été les difficultés d’entreprendre seule ?

J’ai commencé seule et il y a énormément d’obstacles qui s’opposent à toi. Le maitre mot c’est le culot. Tout marche au culot ! Maintenant c’est plus facile comme je suis entourée d’une équipe, principalement de filles, on est 14, à l’exception de deux mecs. Les autres n’ont pas supporté nos éternels conversations sur les pénis et l’épilation…

Plus sérieusement, on montre qu’on peut faire aussi bien que les mecs. C’est un secteur presque exclusivement masculin, se lancer comme fille c’est devoir en faire deux fois plus que si t’étais un mec uniquement pour gagner ta crédibilité.

1604486_757236157676202_7277307609864539780_n

As tu déjà eu des réflexions misogynes ?

De groupes que je faisais jouer, j’ai pas mal entendu : « quelle est la taille du bonnet ? », ou des demandes de rendez vous après avoir fait jouer… J’ai l’impression que tu n’es pas crédible quand t’es une fille. Alors le partenariat avec OUIFM et l’interview chez Mademoiselle ça a été une consécration, là on a senti qu’on nous prenait en compte.

En trois ans t’es passée par différentes phases ?

J’ai commencé seule dans ma chambre de bonne de 8m2. Au départ uniquement pour Staircase Paradox, des copains, et comme ça marchait ma curiosité m’a amené à voir ce que ça donnerait d’organiser des concerts pour d’autres groupes dans des salles comme l’Alimentation Générale, La Bellevilloise… Et il y a deux ans un contrat d’exclusivité au Bootleg. Il a fallu organiser des concerts tous les jeudis et vendredis de chaque semaine, ça a été intense. C’est fini depuis fin septembre, on a pu bien se roder et on a un gros catalogue de groupes maintenant, mais il faut savoir quitter le nid et aller de l’avant. C’était un peu limité comme on ne pouvait pas avoir de batterie par exemple, ça réduisait considérablement la recherche de groupes. Là on a envie de s’exporter, taper plus haut. C’est pour ça qu’on fait les trois ans à la Méca.

Quels sont les projets, les résolutions pour cette année ?

J’ai eu une phase cet été où je voulais tout arrêter : il y a des concurrents vraiment plus forts, plus gros, plus anciens. Ces deux soirées devaient être la fin. Mais je n’arrive pas à m’arrêter ! C’est comme une drogue : je suis héroïnomane de la programmation de concerts !  Je ne sais pas où ça va, on va essayer de taper dans des plus grosses salles mais de manière plus ponctuel. On a aussi pensé à des concerts en plein air à partir du printemps, peut être aux Buttes Chaumont, les parvis de fac, des sorties de métro…

Peux tu nous parler du choix des groupes pour ces deux soirées ?

C’est nos groupes chouchous ! Staircase Paradox c’était une évidence, c’est avec eux que j’ai commencé. On ne connaissait pas les Wigo avant qu’on les programme deux semaines avant la fermeture du Bootleg, ça a été un gros coup de cœur en live, humainement aussi. Les Loyd Project ça fait deux ans qu’on les fait tourner on a également fait des clips au Bootleg et Monkey to the Moon c’est un choix très très personnel…

Quel cadeau idéal vous offrir ?

Une licorne rose à paillette qui sent la framboise. Il y aura des ballons et des bonbons ça va être génial !

La Culture Sauvage pour Du Monde Au Balcon ?

« La famille Pierrafeu. »

Participez aux trois ans Du Monde Au Balcon :

https://www.facebook.com/events/1453372164965402/