Un soir, 4 jeunes parisiens qui se connaissent depuis le lycée ou l’école de musique post-bac se réunissent, composent leur premier titre et décident de créer leur groupe de musique. Holy Craft c’est Max et Philippe (Phil) à la guitare ou à la basse, Sam à la batterie et Tom au chant.

Vous vous connaissez depuis longtemps, d’où est née l’idée de créer un groupe?

Max: On voulait faire quelque chose de notre rencontre, de ce que l’on faisait ensemble. On se connait presque tous depuis le lycée.

Et pourquoi ce nom de groupe? Pourquoi Holy Craft?

Max: On a mis beaucoup de temps à trouver ce nom. On ne savait jamais quoi donner comme nom aux gens, c’était gênant.

Phil: Comme on faisait tout tout seul à l’époque, on s’est dit que c’était un peu de l’artisanat. C’est ce que définit pour nous Holy Craft.

À l’époque, c’était il y a 2 ans n’est-ce pas ?

Max: Oui. Mais on a trouvé le nom il y a 1 an.

Sam: Craft c’est vraiment le « fait main ». Il y a également l’idée qu’on ne fait pas de la musique électronique. Il y a un côté brut et sensible, fait avec le coeur et les doigts. Et Holy représente ces moments où tu as l’impression d’être porté et inspiré quand tu joues. On adore improviser et on ressent vachement ce truc.

Comment est ce que les moments de compo se déroulent?

Tom: Récemment, c’est plus en transe.

Sam: On joue, on improvise et de jolies choses se passent. On essaie de ne pas les laisser partir. Mais on a pas vraiment de recettes. Ça peut partir d’un rift de guitare, de batterie ou d’une ligne de basse.

A la base, vous êtes 3 c’est ça, Sam vient de rejoindre l’aventure?

Sam: Ça faisait deux ans qu’ils composaient ensemble, moi je les ai rejoint pour monter un live.

Tom: Ça a changé toute notre façon de travailler. Au début on voulait qu’il joue juste pour les concerts. Mais on s’est vite rendu compte qu’on aimait jouer tous les quatre. Sam a donc définitivement rejoint l’aventure Holy Craft.

Tom, tu écris tout en anglais?

Tom: Oui, je suis bilingue, ma mère parle anglais. Ça ne m’est jamais venu à l’idée de ressortir ce que j’avais dans la tête en français. C’est généralement ce que les trois autres  vont jouer qui va m’inspirer.

Et la chanson  Street Time est née comment?

Tom: Le jour de notre rencontre, on a composé ce morceau.

Max: J’ai dit à Philippe de passer au Studio, ça faisait quatre mois qu’on était dans la même classe. On a commencé à « Jammer ». On cherchait des choses, puis Tom est arrivé et voilà. C’était très rapide.

Et votre EP? Quand sort-il?

Max: Déjà, 2 semaines avant la sortie de l’EP (5 morceaux) qui aura lieu fin octobre ou début novembre normalement et  un nouveau clip Flowers va sortir très bientôt.

Sam: Flowers sera moins Hip Hop. Street Time ne définit pas complètement le groupe. On aime beaucoup de choses et on ne se restreint pas. L’unité du groupe vient du fait que l’on joue toujours tous les 4.

Vous avez des dates?

Sam: Oui, on joue à l’international le 21 octobre, le clip sera déjà sorti. On jouera une dizaine de morceaux qui ne sont que des compositions.

Culture Sauvage pour Holy Craft? 

Sam: Le graffiti parce que je viens de là. C’est un des moyens les plus sauvages pour répandre l’art sans rien demander à personne.

Tom: Sauvage c’est opposé à institution, donc tous les arts qui sont indépendants font partie de la Culture Sauvage.

Phil: Je suis d’accord avec Tom. Culture Sauvage, c’est en dehors des structures et des limites.

Max: C’est quelque chose de plutôt indé, « home made » quoi.