Crise financière, fermeture des banques, politique impuissante: cette année n’était pas réellement en faveur de la Grèce. Mais malgré ce millier d’articles pessimistes  nous avons tout de même pris la décision d’y passer nos vacances, dans une île qui résiste encore et toujours à la morosité: la libre Mykonos. 

Depuis combien de temps ne vous êtes vous pas sentis à cent pour cent libre? Libre de vous habiller comme bon vous semble, libre de conduire à la vitesse que vous souhaitez ou encore libre de vivre avec ce grain de folie qui vous habite depuis toujours…

Connue pour être l’Ibiza des Cyclades, l’endroit se révèle être bien plus qu’une simple terre d’accueil pour les fêtards invétérés en offrant aux voyageurs se sentiment si agréable de liberté.

Partir en quad sur une plage de sable fin puis marcher au bord du port avant de faire la fête perché sur le haut d’une falaise n’a strictement rien d’inhabituel ici!

A l’image du vent qui souffle en rafale tout au long de la journée, une sensation de fraîcheur émane de l’endroit, ce dernier balayant d’un revers de la main toutes les idées reçues qu’on s’en fait.

Alors oui, Mykonos est une île où les codes du monde de la nuit sont omniprésents mais c’est également des ruelles adorables blanches et bleues, des plages de sable fin, une restauration efficace et surtout des locaux bienveillants.

IMG_7540_2

On vous donne donc 5 bonnes raisons de partir à Mykonos l’année prochaine. 

. 7 jours de vacances, 7 jours de soleil. C’est à peu près ce que vous risquez si vous décollez pour cette île où la température n’est jamais insupportable car toujours accompagné d’une  brise.

. Passer votre vie en quad. Pas forcément courant en France, le plaisir de conduire cheveux au vent sur ces machines à quatre roues n’a tout simplement pas de prix (ou presque, comptez environ 100€ par personne pour 1 semaine).

. Nourriture. Tomates, olives, feta, calamar ou aubergines grillés… Il y en a pour tous les goûts et il est bon de pouvoir s’assoir et déguster de fantastiques mets servis par des serveurs agréables au large sourire pour la plupart.

. Tourisme. « Nous vivons grâce au tourisme, donc évidemment on souhaite que les gens passent un bon moment sur notre île ! On fait tout pour. ». Voilà ce que vous pourrez entendre en rencontrant les locaux. Accueillants et chaleureux, la plupart d’entre eux travaillent sans relâche durant huit mois et profitent des quatre mois de saison creuse pour s’ouvrir l’esprit et voyager.

. Fête et repos. Car il est possible de faire les deux. Chiller la journée sur un transat ou sur le sable, prendre un verre au Jackie’O pour partir ensuite s’éclater jusqu’au bout de la nuit au Cavo Paradiso: voilà un programme qui devrait vous ravir.