L’événement sériel de ce début de mois de novembre n’est pas seulement la saison finale d’House of Cards. Oubliez un instant Claire Underwood et faites la connaissance d’Heidi Bergman (alias Julia Roberts), l’héroïne d’Homecoming. Diffusés sur la plateforme de streaming d’Amazon, les 10 épisodes de cette nouvelle série aux allures de thriller hitchcockien sont si addictifs qu’ils se binge watchent en un rien de temps.

Alors Homecoming c’est quoi ? C’est d’abord un podcast imaginé par Eli Horowitz et Micah Bloomberg, qui sont aussi les créateurs de la série. Transformé en épisodes courts de 30 minutes, le format ne perd rien de son suspense et de son intensité. L’histoire suit Heidi Bergman, une travailleuse sociale chargée d’aider d’anciens soldats à retrouver une vie normale. Quatre ans plus tard, le centre où elle exerçait son métier a fermé et elle est désormais serveuse. De plus, elle ne se souvient pas de son ancienne vie…

Derrière la caméra, on retrouve le très doué Sam Esmail. Le showrunner de Mr. Robot donne tout dans sa mise en scène et propose des plans souvent virtuoses. Ses influences sont flagrantes et assumées. Dans Homecoming, les ombres d’Hitchcock, De Palma ou Alan J. Pakula planent en permanence sur le bâtiment inquiétant du GEIST. Des escaliers qui évoquent Vertigo, la musique de Pino Donaggio et Michael Small, la présence même de Sissy Spacek (inoubliable Carrie) au casting… les exemples sont nombreux.

La mise en scène sert aussi à diviser le temps en deux. Le passé est filmé sans toucher aux dimensions de l’écran tandis que le présent est signifié par un format carré. Une manière d’enfermer encore plus les personnages -surtout Heidi – dans une vie terne, vide et remplie de mensonges. Au passé, la caméra est souvent suspendue et donne l’impression que les soldats et les gens du centre ne sont que des pions que le gouvernement déplace à sa guise. Paranoïa, tensions et complots sont donc intelligemment mis en place.

Devant la caméra, Julia Roberts se montre en très grande forme et trouve le rôle qui lui manquait ces dernières années. Intense, juste et touchante, son incursion sur le petit écran est indéniablement réussie. On vous conseille donc sans hésiter Homecoming, une excellente surprise qui relève par moments de l’expérience visuelle et sonore et qui n’a pas fini de vous fasciner puisqu’une deuxième saison a déjà été commandée.