C’était l’excellente surprise de l’été 2017. Atypical débarquait sur Netflix en nous présentant Sam, un jeune lycéen autiste et sa famille. Aujourd’hui le show du géant américain revient pour une seconde saison et autant vous dire que cela fonctionne à merveille.

Véritable pépite de la rentrée, cette seconde saison s’axe principalement sur le passage à l’âge adulte de son personnage principal qui doit faire face à de nombreux changements et bouleversements. Débutant là où s’était arrêtée la première saison, ce nouveau chapitre se montre encore plus touchant et profond que son prédécesseur et affirme plus que jamais son thème fétiche : la famille.

Car plus que l’autisme, c’est bien des valeurs familiales et des relations entre les membres d’une maison dont il est majoritairement question dans ces dix nouveaux épisodes. Le pardon, l’indépendance, la confiance, les rapports entre mari et femme, entre frère et soeur, tous ces aspects sont passés aux cribles au fur et à mesure des épisodes. Les Gardner bien que décalés, font ainsi face aux mêmes problématiques que la plupart des familles, les rendant au passage toujours plus humains et attachants.

En effet, on ne peut que s’attendrir face aux tentatives de (re)séduction d’Elsa sur un mari blessé, aux nouvelles expériences de Sam et aux déboires de la cadette Casey, interprétée à la perfection par Brigette Lundy-Paine. Et même si le ton peu s’avérer très sérieux à certains moments, la série créée par Robia Rashidn’en n’oublie par pour autant son aspect comique en nous livrant une bonne dose de situations burlesques et de personnages secondaires complètement loufoques.

Intelligemment écrite, agréablement réalisée Atypical est donc définitivement une série qui gagne à être regardée. Simple, drôle et touchante, la saison 2 ne nous laisse qu’avec un seul regret, celui de devoir désormais attendre un an avant de voir la suite.