« Goooood morning Litchfield Max ». Le jour se lève et les détenues d‘Orange is the New Black se réveillent avec un goût amer dans la bouche. Après les émeutes de la saison 5, elles se retrouvent en max, dans des cellules individuelles à attendre d’être interrogées pour déterminer leur rôle dans les évènements qui ont conduit à la mort de deux gardiens.

(Attention, quelques spoilers ont pu se glisser dans l’article)

Si la dernière saison se déroulait sur 3 jours seulement, ce changement de décor donne un nouveau souffle à la série de Jenji Kohan. Qui dit nouvelle prison dit nouveaux personnages et nouveaux enjeux. Piper, Alex, Red, Taystee et les autres doivent supporter la violence des nouveaux gardiens et leur jeu inhumain mais aussi s’accommoder aux gangs de la prison dirigés d’un côté par Carol et de l’autre par Barb. Ces deux sœurs sont les deux grandes rivales de cette saison et apportent avec elles un lot de complications non négligeable. Leur background story est d’ailleurs l’une des plus sordides du show…

orange is the new black

© JoJo Whilden / Netflix

Malgré ces perspectives peu réjouissantes, la saison 6 se révèle par certains aspects plus légère que la précédente. Si bien que l’on peut parfois avoir l’impression que les premiers épisodes tournent en rond et ne mènent à rien. Pourtant, on finit par se rendre compte de l’intelligence du propos et du fil rouge de ce nouveau chapitre. L’aspect politique, bien présent dans la série depuis le début et encore plus depuis la mort de Poussey, est de nouveau prégnant avec le procès de Taystee et les agissements douteux de la MCC devenue PolyCon Corrections. L’administration de Trump plane sur Litchfield… Dans un autre registre, la réflexion sur la famille et l’amitié avec l’arc narratif autour de Red, Frieda, Nicky et Black Cindy notamment sait nous émouvoir.

Parmi les nouvelles recrues, le personnage de Daddy (interprétée par la chanteuse et comédienne Vicci Martinez) est l’un des atouts de cette saison. Contrairement à « Badison » que l’on a envie d’enfermer au SHU pour l’éternité et au-delà. Les dialogues sont toujours aussi travaillés et les punchlines ne manquent pas (mention spéciale à la pique directe à Roman Polanski et au dialogue sur Thelma et Louise). La relation entre Alex et Piper est plus apaisée et son évolution est tout ce que l’on attendait jusqu’à maintenant. Vive les mariées !

Toutes les intrigues qui se développent mènent à un final très réussi qui promet de donner une nouvelle dynamique à la série pour son ultime saison l’année prochaine. Bien qu’on se fait doucement à l’idée qu’Orange is the New Black doit savoir s’arrêter au bon moment, on sait déjà que toutes ces détenues plus attachantes les unes que les autres vont beaucoup nous manquer.


La saison 6 est à voir dès maintenant sur Netflix