Les catcheuses les plus cool du petit écran ont enfin fait leur retour le 29 juin dernier sur Netflix. Après les avoir laissées sur le tournage un peu mouvementé du pilote de leur future émission, on retrouve nos héroïnes badass en plein préparatifs de leurs combats à venir. Si les 10 premiers épisodes étaient déjà remplis d’une bonne dose de girl power, cette saison 2 de Glow  toujours produite par Jenji Kohan – réussit à affiner son écriture et vise pile là où il faut en s’emparant de l’actualité avec brio.

(Attention quelques petits spoilers se sont glissés dans l’article).

Ce qui a fait la force de Glow dès le départ, ce sont ses personnages hautement attachants. Toutes ces filles qui sont montées sur le ring sans vraiment trop savoir ce qu’elles faisaient là, apprennent à s’affirmer et forment une véritable famille dans cette nouvelle saison. On les aime encore plus pour cette solidarité et cette amitié dont elles font preuve, alors que leur vie est souvent plus dure que des combats de catch.

Elles n’ont pas trouvé qu’une échappatoire grâce au show, elles ont surtout trouvé un moyen de s’assumer, de revendiquer leur corps et de prendre la parole. Ruth s’empare de la caméra pour filmer une bande-annonce sans demander l’avis de personne, Debbie devient co-productrice de l’émission, la nouvelle venue Carmen revendique sa sexualité haut et fort, etc. Mais tout ne se passe pas si facilement puisque la domination masculine n’est jamais loin. Sam et Bash mettent Debbie de côté parce qu’ils ne la prennent pas au sérieux. Et surtout, Ruth se retrouve piégée lors d’un dîner avec le patron de la chaîne dans un épisode très réussi qui fait forcément écho à l’affaire Weinstein.

glow

Alison Brie aka Zoya the Destroya © Erica Parise/Netflix

C’est à partir de cette moitié de saison que la série devient plus féministe que jamais et que les personnages prennent une profondeur inattendue. Sam se révèle un allié de choc pour Ruth et change complètement d’attitude avec ses nouvelles responsabilités de père. Si vous le détestiez au début de la saison, nul doute que vous l’adorerez à la fin. La storyline de Bash s’avère l’une des plus émouvantes du show, en témoigne le bouleversant final de l’épisode 9. Et la relation entre Ruth et Debbie ne cesse d’évoluer, pas toujours pour le meilleur.

Puisque l’écriture s’affine dans cette saison, l’humour y est encore plus efficace. L’épisode 8 est un condensé de séquences absurdes hilarantes (mentions spéciales à la chèvre et à la magnifique chanson « Don’t Kidnap ») qui en font probablement le meilleur épisode du show. On ne sait pas encore si une saison 3 est prévue mais on souhaite une longue vie à nos chères Gorgeous Ladies of Wrestliiiiing.