Jaffna, c’est la rencontre atypique entre Bravin, un pianiste classique d’origine sri-lankaise et Stan, un chef cuisinier français. Réunis autour de leur passion pour la musique éléctronique, ils commencent à composer des morceaux en 2014. Depuis, ils ont fait du chemin et ont dévoilé leur deuxième EP Retrograge en avril dernier. À cette occasion, on a discuté avec eux de leur univers, de leur passion pour leur live et de leurs projets.

Comment a commencé cette aventure en duo ? 

On a commencé à faire de la musique un peu par hasard en 2014 à Oslo pendant les vacances de Noël. On a créé un premier morceau ensemble là-bas et c’est comme ça que l’aventure a commencé.

Comment est-ce que vous décririez votre processus de création ? 

En général on part d’un son qui nous plait et on commence à chercher une mélodie. Parfois je chante des choses et on construit le morceau autour de ça, comme pour « Eleven » qui figure dans l’EP. Et Bravin a une grosse formation en piano classique.

Avec Retrograde, vous avez choisi un retour vers le passé avec des sons beaucoup plus rétro que dans le précédent opus. Pourquoi ce choix ? 

En ce moment on est totalement obsédé par les sons rétro, les synthés et les textures. On est très inspiré par les B.O. de films des années 1980 et par toute la pop culture. Dernièrement, on a adoré les B.O. de Stranger Things ou encore Black Mirror.

Est-ce que vous pouvez nous parler un peu plus de l’univers de ce nouvel opus ? 

Pour nous, cet EP est plus affirmé que le premier. C’est un univers un peu plus dark et un peu moins « pop ». Le fait d’avoir commencé à faire du live entre les deux EP nous a beaucoup influencés sur le processus de création.

L’EP comporte deux collaborations avec les chanteuses Dyllan et Anna Majidson, comment se sont passées les rencontres ? 

Bravin a recontré Anna Majidson à une soirée GUM CLUB. On adore sa voix et on voulait vraiment travailler avec elle. On lui a envoyé notre prod et ça lui a beaucoup plu, en seulement quelques jours elle avait écrit des paroles et trouvé la mélodie. L’enregistrement était bouclé la semaine d’après.
Pour Dyllan, Thylacine a déjà travaillé avec elle et nous l’a conseillé pour le track « Beyond ». Comme elle habite aux États-Unis, on a bossé à distance.

Y a-t-il une collaboration dont vous rêvez ? 

On aimerait beaucoup bosser avec Sampha, Jon Hopkins et Thylacine.

Depuis le début de votre carrière musicale en 2017, vous enchaînez les concerts. Comment est-ce que vous vivez cette nouvelle aventure, la scène et le contact avec votre public ? 

On est devenu complètement addict au live, c’est là que les morceaux prennent réellement vie. Cela nous donne encore plus envie de créer de nouvelles tracks ! On vient de faire le festival Marvellous et c’etait complètement dingue.

Après deux EPs, vous êtes prêts pour un album ? 

On aimerait beaucoup faire un album mais peut-être qu’on fera un autre EP avant. En tout cas on se sent prêts.

Que peut-on vous souhaiter pour la suite ? 

Du live, du live, du live !


Écouter Retrograde