Vous savez ce que ça fait 3 volets d’OSS 117, Larmina ?

On peut d’ores et déjà dire que c’est la meilleure nouvelle de la semaine, voire de l’année, voire de la décennie… OSS 177 sera bientôt de retour au cinéma ! Jean Dujardin a confirmé la nouvelle hier soir sur le plateau de Quotidien, après l’insistance de Yann Barthès pour savoir si oui ou non Hubert Bonisseur de La Bath reprendrait du service sur grand écran.

Depuis, un des producteurs a affirmé à Europe 1 qu’un troisième volet était bien dans les tuyaux et qu’une sortie était possible pour le premier trimestre 2019. Pour fêter ça, on s’est dit qu’un petit top des meilleures répliques d’OSS 117 s’imposait. Avec une bonne petite blanquette, évidemment.

« À l’occasion, je vous mettrai un p’tit coup de polish »

© Gaumont

« Quand une femme change d’homme, elle change de coiffure »

© Gaumont

Notons que la totalité de ce dialogue pseudo-philosophique est une pure merveille d’absurdité. Vous apprendrez que « si le chat a la queue verticale, c’est qu’il est en confiance » ou que « le cul-de-jatte a une jambe qui le démange encore ». À méditer.

« Je n’ai jamais pu refuser quoi que ce soit d’une brune aux yeux marrons […]
– Et si j’étais naine et myope ?
– Hé bien je ne vous laisserai pas conduire, ça n’a pas de sens. »

© Gaumont

Après tout, c’est logique.

« J’aime me beurrer la biscotte »

© Gaumont

Et n’oublions pas les variantes : « J’aime me battre », « j’aime quand on m’enduit d’huile » ou « j’aime les panoramas ».

« Ça me sert à rien. Sauf si je dois compter jusqu’à 5. Et là en revanche, ça pourrait me servir. Il ne faut pas que je dépasse 5, car je ne connais pas 6. Je suis battu »

© Gaumont

« On est en 1955, les gars. Faut se réveiller. Les ânes partout, les djellabas, l’écriture illisible… »

© Gaumont

« Tu n’es pas seulement un lâche, tu es un traître, comme ta petite taille le laissait deviner »

© Gaumont

 « C’est l’inexpugnable arrogance de votre beauté qui m’asperge »

© Gaumont

« Je sais que vous détestez tous ces bouffeurs de riz. C’est qu’ils sont récalcitrants, ces faces de quetsches, ces tranches de pamplemousse. »

© Gaumont

Et la suite : « Robustes, les têtes de prunes, les cœurs d’ananas, les rondelles de citron, les bananes flambées. Avant qu’elles soient flambées, les bananes. »

« Il y a forcément une amicale d’anciens nazis. Ou un club, une association… Un mémorial nazi peut-être ? »

© Gaumont

« On a beau dire, mais la France ça reste quand même le pays des 400 fromages. »

© Gaumont

« Une dictature c’est quand les gens sont communistes, déjà. Ils ont froid, des chapeaux gris et des chaussures à fermeture éclair. »

© Gaumont

« Où est Heinrich Von Zimmel ? Je répète ma question : « Où est Heinrich Von Zimmel ? » Et pose ce transistor ! »

© Gaumont

« Comment tu parles de ton père ? T’as pas honte. Qui c’est qui t’as nourri ? Jamais, moi je parlerai comme ça de mon père. Jamais. Moi mon père il était charron, et je peux te dire que ça filait doux. »

© Gaumont

« Ça fait un peu, Jacques a dit a dit pas de charcuterie. »

© Gaumont


On aurait ajouter une centaine de répliques (au moins) mais c’était un peu trop alors on vous invite vivement à (re)voir les deux volets d’OSS 117 disponibles sur Netflix.