Parce que l’habit ne fait jamais le moine, les producteurs de L’Âge de glace et de Rio reviennent en cette fin d’année avec un conte empli de tolérance et de courage. 

Avec cette nouvelle création des studios Blue Sky, direction la chaleur ardente des plaines espagnoles où Ferdinand, taureau domestique au grand cœur, se voit hélas victime de son imposante carrure. Lui qui aime tant les fleurs, est malencontreusement capturé et arraché à son nouveau village et sa nouvelle famille, pour rejoindre malgré lui un centre pour taureaux de combat. Ferdinand est donc bien déterminé à retrouver ses racines et ses origines, loin des diktats qu’on souhaite lui imposer. 

C’est une véritable plongée au cœur d’un voyage introspectif et d’une quête d’acceptation sur fond de polémique sociale. Notre personnage bien-aimé nous livre pendant près de deux heures avec force une véritable leçon de bravoure, nous prouvant au fil de l’histoire qu’il est possible de dépasser les idées reçues, de se lever pour ses idéaux avec tolérance, tout en s’acceptant tel que l’on est vraiment, loin des clichés que nous prête parfois notre apparence. 

Inspiré d’un conte paru en 1936 et interdit successivement par les régimes totalitaires espagnol, italien et allemand, Ferdinand a su garder la même ligne conductrice grâce à l’équipe du réalisateur Carlos Saldanha, qui l’adapte avec brio à un univers riche en caractère. Même si le film propose une lecture et une interprétation du débat pro-corrida, il s’agit avant tout de l’histoire d’un taureau qui ne veut pas se battre. Il est donc question d’une quête personnelle et d’une métaphore de nombreuses situations où des personnes se voient forcées d’aller contre leur vraie nature. Le film aborde ici avec intelligence les questions de valeurs et de croyance, nous amenant à nous interroger sur les choses pour lesquelles nous sommes vraiment capables de nous battre. Et c’est bien en nous montrant au fil de l’histoire qui est véritablement Ferdinand, que Carlos Saldanha a remporté nos faveurs. 


Ferdinand est à découvrir dans les salles le 20 décembre prochain