Une couverture puissante.

Chaque année depuis 1927, Time désigne sa personnalité de l’année. Après avoir choisi en 2016 le 45e Président des États-Unis – qui a essayé de nous faire croire qu’il avait refusé de l’être une deuxième fois -, le magazine a décidé de mettre à l’honneur non pas une personne mais toutes celles et ceux qui ont brisé le silence sur les scandales de harcèlements sexuels.

Elles sont actrices, journalistes, sénatrices , cheffes d’entreprise… et elles ont osé raconter leurs expériences traumatisantes avec des hommes d’influence qui ont usé de leur pouvoir pour les empêcher de parler. Cette couverture – où l’on retrouve Ashley Judd, Susan Fowler, Adama Iwu, Taylor Swift et Isabel Pascual – est puissante et révélatrice d’une année qui se termine sous le signe d’une révolution.En octobre dernier, le New York Times publiait une enquête terrifiante sur les agissements d’Harvey Weinstein, agissements connus de tous depuis des décennies. Après ces révélations, la parole des femmes s’est libérée sur les réseaux sociaux avec le lancement du hashtag #MeToo créé par Tarana Burke et relayé au départ par Alyssa Milano.

En 24h, l’actrice reçoit plus de 30 000 réponses. Au total, le hashtag a été utilisé plusieurs millions de fois dans 85 pays. Alors « pour avoir révélé des secrets de polichinelle [et] nous avoir poussé à accepter l’inacceptable », le titre de « Personnalité de l’année » ne pouvait être attribué à personne d’autre.