Adaptée d’un roman de Margaret Atwood, Alias Grace est disponible sur Netflix depuis le 3 novembre dernier.

Après l’immense succès de The Handmaid’s Tale, c’est au tour d’un autre roman de Margaret Atwood d’être adapté en série. Alias Grace revient sur l’histoire vraie de Grace Marks, une domestique condamnée en 1843 pour le meurtre de son employeur Thomas Kinnear et suspectée d’avoir également tué sa gouvernante Nancy Montgomery. Si l’auteure canadienne se sert de ce fait divers comme base pour son œuvre, elle y ajoute notamment le personnage fictif de Simon Jordan, un médecin qui rend visite à l’accusée en prison pour évaluer son état psychologique et peut-être permettre de la gracier.

La série est divisée en six épisodes constitués principalement des entretiens entre Grace et Simon et des flashbacks de la vie de la jeune femme. Un rythme qui nous tient en haleine jusqu’au bout et qui distille le mystère au fur et à mesure. Le duo Sarah Gadon/Edward Holcroft fonctionne plutôt bien et les seconds rôles sont portés par des interprètes de talent comme Anna Paquin et Zachary Levi. On notera également la présence de David Cronenberg himself dans la peau du révérend Verrenger.

Margaret Atwood est connue pour ses œuvres engagées et féministes. Alias Grace ne déroge pas à la règle. On est en 1843, époque où l’égalité entre les sexes n’est clairement pas à l’ordre du jour. Les femmes y sont maltraitées physiquement et psychologiquement par des figures masculines qui abusent de leur pouvoir autoproclamé : les gardiens de prison, le père de Grace, le bourreau de l’asile et l’amant lâche de Mary Whitney. Celle-ci est d’ailleurs le symbole féministe le plus fort de la série. Quand Grace a ses règles pour la première fois, Mary a cette réplique significative : « Certains appellent ça la malédiction d’Ève mais c’est stupide parce que la vraie malédiction d’Ève, c’était de tolérer les absurdités d’Adam. »

Derrière la caméra, les femmes sont aux commandes. Les six parties de la mini-série sont toutes réalisées par Mary Harron – à qui l’on doit American Psycho entre autres -, et écrites par la très prolifique Sarah Polley. Un tandem de choc pour une histoire qui l’est tout autant. Sans être aussi puissante que The Handmaid’s TaleAlias Grace est une adaptation réussie qui mérite toute votre attention. À vos marques, prêts, binge watchez !

© Netflix


Alias Grace est à voir sur Netflix dès maintenant