En 2015, Kingsman: Services Secrets créé une petite ébullition chez les spectateurs et la presse autant que dans notre petit cœur cinéphile. Résolument british, débordant d’action, le premier volet avait tout emporté sur son passage mettant logiquement en route un numéro deux, au cinéma depuis mercredi dernier. Une nouvelle fois réalisé par Matthew Vaughn, ce deuxième opus fait tout, en plus grand. 

Lorsqu’une papesse de la drogue campée par Julianne Moore s’attaque à la célèbre agence d’espionnage Kingsman, Eggsy et Merlin, seuls survivants, se tournent alors vers leurs homologues américains, l’agence Statesman, pour faire face à cette menace. 

Taron Egerton & Mark Strong © Twentieth Century Fox

Autant mettre immédiatement les pieds dans le plat, l’originalité de ce second long-métrage ne réside pas dans son scénario, ce qui s’avère, aussi fou que cela puisse paraître, une bonne chose. En effet, si l’histoire est dénuée de complexité et de surprise, c’est dans son traitement complètement barré que le film prend de sa superbe. 

Boosté aux stéroïdes, incroyable dans ses scènes d’actions magnifiquement chorégraphiées, Kingsman: Le Cercle d’or se révèle surtout et avant tout particulièrement drôle. Poussant toujours plus loin les situations comiques, livrant une blague à la minute, Matthew Vaughn nous donne à voir un divertissement pop et acidulé qui ne se prend jamais au sérieux. 

Et si le personnage d’Eggsy s’étoffe peu à peu, c’est véritablement dans ses personnages secondaires que le réalisateur puise tout son génie comique et résolument british. D’un président machiavélique à un Elton John irrésistible, la palette de personnages déjantés ne cesse de s’allonger tout au long de ces deux heures vingt complètement folles. 

Gadgets à gogo, effets visuels en pagaille, humour plus que décomplexé, le film s’amuse également à opposer la surenchère américaine face à la classe intimiste anglaise. On pense notamment à la scène à Glastonbury ou un mouchard américain doit être implanté de manière peu orthodoxe par le héros principal qui essaye pourtant tant bien que mal de rester gentleman avec sa bien-aimée. 

Kingsman: Le Cercle d’or se révèle donc une suite réussie et fidèle au premier volet, offrant sans prétention un divertissement jouissif aux spectateurs. Modernisant à coup sûr le film d’espionnage, on attend désormais un troisième volet qui serait déjà en chantier. 


Découvrir les séances de Kingsman : Le Cercle d’or