Il y a presque deux ans jour pour jour, nous prenions une claque musicale, debout dans un Trianon sous extase face un duo qui ne cesse de surprendre : Odesza. Samedi dernier, ce dernier faisait son grand retour cette fois-ci à l’Elysée Montmartre et autant vous dire que ces deux-là n’ont rien perdu de leur superbe.

Il est 19h45, les lumières s’éteignent et des premières ondes électroniques servies par le producteur Hayden James s’immiscent jusqu’à nos tympans. Presqu’entièrement dans le noir, l’artiste australien chauffe la salle avec goût pendant pratiquement une heure, créant même quelques cris de joie lors du passage du très bon « Something about you ».

On profite alors de l’entracte pour apprivoiser la salle de l’Elysée Montmartre qu’on découvre pour la première fois depuis son inauguration (oui, on a tardé !). Toute en longueur et bien pensée, la scène est suffisamment élevée pour tout voir qu’importe l’endroit où l’on se trouve, alors même que le concert est sold out (on remerciera les organisateurs pour vendre sans outrance et avec intelligence le nombre parfait de places).

Mais trêve d’analyse, les lumières s’éteignent à nouveau pour ne laisser qu’un écran horizontale s’éclairer de formes et de couleurs. Le duo tant attendu, Odesza, fait son entrée sur scène, accompagné cette fois-ci de musiciens à la trompette et à la guitare. Les tambours de Harrison Mills et Clayton Knight résonnent alors et le show peut commencer.

Pourrait alors s’en suivre une description chronologique des titres joués, des nouveaux comme « A Moment Apart », « Late Night » aux plus anciens tels que « Say my name » et « Memories That Call You », mais cela ne rendrait pas hommage au concert vécu par le public de ce samedi 30 septembre.

Le sentiment que nous avions eu lors de notre premier concert d’Odesza en 2015 n’a fait que se confirmer. A tel point qu’on en est venu à penser que la musique du duo devrait clairement être remboursée par la sécurité sociale tant les vibes et les beats livrés nous font voyager et vivre.

©Jeremie Levypon

De grands mots certes, pour un grand moment. En réadaptant sans cesse leur propre morceau pour un live plus dansant et rythmé, les artistes venus de Seattle ont à nouveau offert à leur public une parenthèse enchantée. Ainsi, chaque coup donné sur un tambour avait pour effet de faire battre les coeurs à l’unisson, ceux d’un millier de personnes réunis dans une salle de concert.

Célébrant la vie, le voyage et transmettant des vagues d’énergies toujours aussi salvatrices, c’est en toute objectivité (comme toujours) que l’on peut affirmer qu’Odesza est sûrement l’un des duo de producteurs les plus talentueux et généreux de ces dernières années.

On leur donne donc rendez-vous dans 2 ans, pour le concert suivant !