La star de la pop, Lady Gaga, se dévoile dans un documentaire réalisé par Chris Moukarbel à voir sur Netflix.

On a tendance à l’oublier et pourtant, les célébrités sont bien des êtres humains comme vous et moi. À force de les idéaliser, voire de les sacraliser, on imagine que les stars ne font rien comme nous et sont forcément heureuses d’avoir atteint un statut que peu de personnes atteindront dans leur vie. Pour nous rappeler que ce n’est pas le cas, l’une des plus grandes reines actuelles de la pop, Lady Gaga, nous ouvre les portes de son intimité dans le documentaire Gaga : Five Foot Two. Une plongée émouvante dans la vie de celle qui a vendu des millions d’albums mais qui reste avant tout Stefani Joanne Angelina Germanotta, née le 22 mars 1986 à New York.

Chris Moukarbel a suivi Lady Gaga lors de l’enregistrement de Joanne jusqu’à sa performance lors de la mi-temps du 50e Super Bowl en février 2017. En dédiant son dernier album à la sœur de son père, décédée d’un lupus alors qu’elle n’avait que 19 ans, l’artiste témoigne de son attachement profond à sa famille. Son père, sa mère et sa sœur l’accompagnent souvent lors de ses déplacements et lorsque sa grand-mère écoute pour la première fois la chanson Joanne, l’émotion est palpable.

Si on avait l’habitude de voir Lady Gaga dans des tenues extravagantes depuis ses débuts, Joanne marque un tournant certain dans sa carrière. Exit la robe en viande et les chapeaux d’un autre monde, le seul « uniforme » que la star souhaite désormais porter, c’est un t-shirt blanc et un jean noir. Par ce point fashion qui peut sembler un peu futile, c’est une réflexion sur l’image de la star – et des femmes en général dans l’industrie de la musique – qui s’amorce.

C’est elle qui choisit de porter ce qu’elle souhaite et personne d’autre. Lorsque Lady Gaga discute avec son équipe, elle évoque avec franchise ce que les producteurs attendaient d’elle lorsqu’elle a débuté : « When they wanted me to be sexy or they wanted me to be pop, I always fucking put some absurd spin on it that made me feel that I was still in control« . (« Quand ils voulaient que je sois sexy ou pop, je mettais toujours quelque chose d’absurde pour avoir le sentiment que je gardais le contrôle ».)

Gaga: Five Foot Two ©Netflix

Garder le contrôle, voilà ce qui est probablement le plus difficile quand des dizaines de personnes font le pied de grue devant votre hôtel, attendent votre album comme le messie et qu’il faut être n°1 dans les charts. Lady Gaga adore ses fans et redoutait leurs réactions à l’écoute de Joanne. Encore une source de stress pour l’artiste qui souffre de fibromyalgie, une maladie chronique aux douleurs très handicapantes qui la contraint d’ailleurs à reporter sa tournée européenne. Cette vulnérabilité, la Queen of Pop ne la cache pas, au contraire. Au-delà de la souffrance physique, elle avoue se sentir extrêmement seule et peine à faire face aux épreuves qu’elle traverse. Comme tout le monde, en somme.

Lady Gaga c’est aussi quelqu’un qui va à Walmart, qui place son nouvel album en tête de gondole et qui passe à la caisse automatique pour en acheter deux exemplaires. Quand on vous dit que c’est une femme simple qui nous ressemble. En plus de lever le voile sur le quotidien de la star, Gaga : Five Foot Two livre quelques images inédites du tournage de la saison 6 d’American Horror Story, des coulisses de la préparation du show pour le Super Bowl et du clip de « Perfect Illusion » filmé dans le désert. Un portrait très touchant qu’on vous invite à découvrir dès maintenant sur Netflix.