Sa voix aérienne et son univers planant ont su conquérir le coeur du groupe pop britannique, Coldplay, au point de lui demander de faire la première partie de leurs shows européens, aux côtés de Tove Lo. Francesca Bergami, alias Lyves, est originaire de Londres et nous avait déjà envoûté avec les 4 morceaux de son premier EP, Like Waters. À l’occasion de son passage au stade de France pour les trois dates parisiennes de Coldplay, les 15, 16 et 18 juillet derniers, nous avons eu l’opportunité de lui poser quelques questions.

Rencontre avec Lyves.

Alors tout d’abord, bonjour. Comment vas-tu ?

Ça va très bien, merci !

Tu as donc fait la première partie de Coldplay pour plusieurs de leurs concerts, comment vis-tu tout cela ?

C’est vraiment incroyable ! Je considère ça comme une expérience qui change la vie et je sais que je n’en ressortirais que plus forte. Je me rends compte petit à petit que je joue devant des centaines de milliers de personnes, et en plus de ça, pour un groupe que j’apprécie tout particulièrement… Ce sont vraiment des moments uniques que je vais garder en mémoire toute ma vie !

Et comment as-tu réagi quand le groupe t’a demandé de venir jouer ta propre musique sur leurs shows ?

Quand j’y repense, c’était… Wow ! (rires) Je n’en revenais pas, je me disais que c’était impossible. Et quand j’ai commencé à réaliser la chose, j’étais vraiment reconnaissante qu’ils me donnent cette opportunité. C’était vraiment gratifiant de voir qu’ils me faisaient confiance, parce que, après tout, c’était leurs fans… c’est devant leurs fans que j’avais l’occasion de jouer ! Donc oui, c’était vraiment super mais c’était aussi une grande responsabilité.

Tu dis que c’était une grande responsabilité, ça t’a stressé de savoir que tu allais chanter devant leurs fans ?

Ce n’était pas vraiment stressant en fait, on s’est beaucoup préparé pour cette tournée. Avec mes musiciens, on avait très peu souvent eu l’occasion de jouer en face d’un public en tant que groupe. Du coup, on voulait vraiment se sentir prêt pour tout ça.

Est-ce que tu as un petit rituel avant de monter sur scène ?

J’aime passer du temps seule pour essayer d’être le plus calme et le plus concentrée possible. Je joue aussi un peu de piano. D’ailleurs, je me promène toujours avec un clavier portable dans ma valise ! Sinon, j’écris ou je me promène.

Pour en revenir à Coldplay, tu as également fait la première partie de leurs concerts ici à Paris. Comment as-tu trouvé le public français ?

Les Français ont été vraiment géniaux ! Je me suis sentie vraiment chanceuse d’être là parce qu’ils ont été tellement accueillants et ils avaient tellement d’énergie. Ils ne me connaissaient pas forcément et n’avaient jamais entendu mes chansons, et pourtant, ils m’ont écouté et soutenu. C’était vraiment beau !

En parlant de ta musique, tu as récemment sorti un premier EP, Like Waters. À travers cet opus, on a eu l’occasion d’apprendre à te connaître un peu mieux et de découvrir ton style si particulier. Mais ce style justement, comment le décrirais-tu ?

C’est difficile à dire ! Je pense que c’est un mix de différentes influences. Mais ce que j’espère, et que je cherche avant tout à faire passer à travers mes morceaux, c’est que ça parle aux gens d’un point de vue émotionnel. Du coup, j’y intègre beaucoup de mon ressentis et de mes émotions en espérant que les gens s’y retrouvent.

Et en terme de style musical, je suppose que j’ai été influencée par ce que j’écoute moi-même : beaucoup de old soul, beaucoup de musiques électriques, de musiques d’ambiance et qui font danser… Et évidemment du hip-hop ! J’aime vraiment beaucoup le hip-hop (rire).

Comment as-tu su que tu voulais faire de la musique ?

Je crois que je l’ai toujours su, j’ai toujours su que c’était une passion. Depuis que j’ai 3 ou 4 ans, j’ai toujours aimé la musique. C’est juste que quand j’étais jeune, je n’avais pas forcément assez confiance en moi pour me lancer. Je ne viens pas d’une famille très axée sur la musique et je n’avais pas d’instruments chez moi… Du coup mon envie d’apprendre à jouer ou à écrire n’est vraiment arrivée que plus tard et n’a cessé de grandir jusqu’à ce que j’ose enfin me lancer. Ça a été long et difficile, mais je pense que tout arrive au moment voulu et pour une raison très précise.

Tout à l’heure, tu nous disais que ton style musical venait en quelque sorte de ce que tu écoutes comme musique. Mais du coup, qu’est-ce qui t’inspire ?

C’est avant tout les gens en général et leur vécu, mon vécu. La nature aussi m’inspire beaucoup. Et évidemment, comme je l’ai dit, toute la musique et les artistes que j’écoute.

Et parmi ces artistes, avec qui aimerais-tu travailler ?

On m’a déjà posé cette question récemment. C’est difficile de choisir, il y en a tellement ! (rires) Mais si je ne devais en citer qu’un, je dirais Tupac. Je crois que c’est le premier à m’avoir réellement inspiré grâce à ses messages très positifs sur l’amour et l’espoir.

Et pour finir, as-tu des projets à venir ?

Oui, absolument ! J’ai deux singles qui devraient sortir dans le mois à venir et l’un d’eux aura son propre clip. Ils formeront une sorte de mini EP. En même temps, je suis en train d’écrire un album qui, je l’espère, sera prêt pour l’année prochaine. Et après ça… J’adorerai partir en tournée et revenir ici, en France.