Vous êtes coincés à Paris cet été et vous regardez partir un à un vos collègues en vacances… Tant mieux ! Car l’été à Paris n’est pas aussi triste que vous ne le pensez, bien au contraire, c’est l’occasion de vous faire un petit bouillon de culture en allant arpenter les salles des musées, fondations, galeries à la découverte d’oeuvres d’art et d’artistes fabuleux. Et c’est d’ailleurs de l’un d’entre eux dont on vous parle aujourd’hui : David Hockney.

A Bigger Splash, 1967 ©David Hockney

Depuis le 21 juin 2017 et jusqu’au 23 octobre 2017, le Centre George Pompidou, en collaboration avec la Tate Britain de Londres et le Metropolitan Muséum de New York présente une rétrospective consacrée à l’oeuvre de l’artiste qui a fêté ses 80 ans le 9 juillet dernier. Avec plus de cent soixante peintures, photographies, gravures, installations vidéos, dessins et ouvrage, l’exposition nous plonge en plein coeur du travail si particulier de ce génie artistique.

Génie, tout simplement car il est difficile d’apprécier l’ensemble du travail de cet artiste tant son style et ses médiums n’ont cessé d’évoluer, de se transformer au fur et à mesure des décennies. De ses premières oeuvres réalisées avant ses 20 ans à la série des « Doubles portraits » en passant par des dessins sur iPad, impossible de ressentir la même émotion à chacune des oeuvres d’Hockney, qui n’ont parfois rien de semblable selon les périodes à laquelle elles ont été créées.

Portrait of an artist, 1972 ©David Hockney

Domestic Scene Los Angeles 1963 © David Hockney

The Four Seasons Colgate Woods 2010-1011 ©David Hockney (installations vidéos)

Parfois très lumineuses, parfois bien plus sombres, ces créations ont pourtant comme point commun de révéler le talent d’observation de leur créateur. Voyeur attentif, kidnappeur de moment, témoin concentré, l’oeil de l’artiste se porte sur chaque chose, vivante ou immobile, saisissant l’instant, l’émotion, le corps ou la nature. On se surprend alors à devenir spectateur non pas des oeuvres mais de ce qu’elles contiennent, laissant notre subjectivité juger l’action qui s’y déroule plutôt que la manière dont celle-ci est représentée.

Et si on devine que l’entière retrospective ne fera pas l’unanimité, comme elle ne l’a pas fait au sein même de la rédaction, on est cependant persuadé que chacun pourra  trouver du plaisir à découvrir les multiples facettes de l’incroyable artiste qu’était et est toujours aujourd’hui David Hockney.

À qui on laisse la parole.


Réservez vos billets pour l’exposition